Délégation de la gauche sociale et écologique au Parlement européen
 
Lettre d'informations de la délégation de la gauche sociale et écologique au Parlement européen
Numéro 32 - 29 mai 2020
 
 
Un plan de relance à l’épreuve de l’unanimité européenne
 
La Présidente de la Commission européenne a présenté cette semaine, devant le Parlement européen, son plan de relance économique de 750 milliards d'euros, pour aider les pays de l'Union européenne à sortir de la crise financière provoquée par l'épidémie de Coronavirus. Un peu plus tôt, la France et l'Allemagne avaient ouvert la voie en proposant que l'Union européenne s'endette de 500 milliards d'euros.

L’idée d’une mutualisation de la dette était en débat depuis longtemps ; maintenant elle s’impose comme une préférence collective. Si ce plan semble aller dans la direction de la solidarité, les enjeux restent immenses face aux évènements historiques que nous traversons. La proposition de la Commission européenne est une avancée significative. Néanmoins, les États membres resteront contraints de mettre en place des réformes structurelles pour pouvoir bénéficier de ces moyens. L’Europe reste donc toujours liée au dogme de la dette.

De même, les montants restent faibles au regard de la crise qui se profile. Sur ces 750 milliards, seuls 500 milliards seront des subventions directes ; 250 milliards seront des prêts que les bénéficiaires devront rembourser. Le plan de relance pourrait être plus massif et plus durable s’il était basé sur des ressources propres bien plus ambitieuses.

Face à la gravité de l’effondrement économique et social actuel, il est primordial d’accentuer nos efforts et nos investissements dans les domaines d’avenir. L’heure ne doit plus être au compromis mou. Avec ce plan nous pouvons construire la base d'une Union climatiquement neutre, numérique et résiliente.

Le chemin à parcourir est encore long et le plus dur reste à faire car ces nouvelles dispositions devront encore être adoptées par les Chefs d’État, dont certains restent sur une opposition bien éloignée de la nécessaire et réclamée solidarité. Cette crise extraordinaire doit être une opportunité pour le projet européen, saisissons-la collectivement !
 
Message aux jeunes participants du EYE 2020
 
Il y a un an, les citoyens européens étaient appelés à voter pour leurs représentants au Parlement européen. Depuis lors beaucoup de choses se sont passées ; le Royaume-Uni a quitté l’Union, le Parlement européen a déclaré l’urgence climatique, mais surtout, le monde entier a été frappé par une pandémie qui continue de bouleverser tous les chapitres de nos vies.
 
Retrouvez ma vidéo ici.
L’agriculture ne peut pas être qu'une succession de politiques nationales
 
Il y a encore des gens qui croient à la Commission européenne que l'Europe du chacun pour soi a un avenir !?! L'agriculture ne peut pas être qu'une succession de politiques nationales qui finiront par exacerber les distorsions de concurrence. Ce n'est pas de cette Europe que nous voudrions.

Pour ce qui est du volet environnemental, il faut aussi être clair: il ne pourra y avoir de pacte vert européen efficace sans une réforme en profondeur de la politique agricole commune. Le fossé est encore trop grand entre les objectifs fixés par la Commission et les moyens qu'elle propose pour y arriver.
 
Pour en savoir plus
Raphaël Glucksmann
Face aux menaces planétaires, évaluons la politique commerciale de l’Union
 
La commission INTA travaille actuellement à la rédaction du rapport annuel sur la politique commerciale commune. La politique commerciale de l’UE porte atteinte à notre autonomie et contribue au dérèglement climatique. Il est impératif de la repenser, entièrement et posément. En tant que première puissance commerciale, stoppons net les accords de libre-échange imparfaits et les négociations basées sur des mandats caducs. Défendons fermement nos principes, agissons au service de l’humain et des droits sociaux, et inventons les conditions équitables et durables du juste échange.
Plan de relance : des avancées conditionnées
 
La Commission a présenté son plan de relance pour sortir de la crise économique. Certaines avancées sont à saluer comme la mise en place d'emprunts communs ou encore une réforme des ressources propres allouées au budget de l'UE. Cependant, la Commission continue de croire au mythe de la croissance infinie et de l'équilibre budgétaire à tout prix. Elle a décidé que ce plan de relance serait conditionné à des réformes structurelles.

Il est temps d'oser sortir de ce logiciel économique inefficace et dangereux ! C'est pourquoi, d'autres économistes et moi-même avons proposé dans une tribune de libérer les Etats membres de la contrainte du remboursement, par l’annulation des dettes ou la monétisation, afin de permettre de financer la transition écologique et sociale.
 
Lire la tribune publiée dans Le Monde
843.000 chômeurs en plus en un mois ! Chiffres terribles.
 
Comment éviter le chaos social ? Dans tous nos pays, il faut relancer la négociation sur la semaine de 4 jours comme nous le proposons avec mon ami Vincent Duchaussoy : travailler moins pour licencier moins, mais aussi travailler moins pour créer des emplois dans les entreprises épargnées par la crise. Et au niveau européen, nous allons nous battre pour avoir un Plan de relance (relance et transformation) le plus ambitieux possible.
Plan de relance de l’UE : un tournant historique mais des chiffres en trompe l’œil
 
Saluons le tournant historique de l’autonomie budgétaire et fiscale de la Commission. L’urgence socio-économique et l’engagement pour la transition écologique le commandait.
Je reste néanmoins sur ma faim : relance et budget confondus, la cohésion, censée être au cœur du plan d’aides, n’augmenterait que de 6 Mds€ (374 Mds€ en 21-27). La négociation s’annonce donc ardue : les prochains fonds structurels devront s’affranchir de toute conditionnalité et les subventions rester le moteur de la cohésion.
Nora Mebarek
 
Délégation de la gauche sociale et écologique au Parlement européen
288, boulevard Saint-Germain
Facebook
Twitter
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Délégation de la gauche sociale et écologique au Parlement européen.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2020 Délégation de la gauche sociale et écologique au Parlement européen