BULLETIN DE SITUATION DES NAPPES
DECEMBRE 2020
 Situation le 1er décembre 2020
et évolution de la situation depuis le 1er octobre 2020


 
 
Le déficit pluviométrique connu depuis le début de l'année 2020, bien qu'un peu atténué par les pluie de printemps, s'est poursuivi durant l'été et cette situation perdure à l'automne. En effet, à l'exception du mois de septembre qui enregistre une pluviométrie sensiblement supérieure aux normales (106 mm), le mois d'octobre et le mois de novembre enregistrent un cumul respectif de 27 mm et 26 mm. Ce qui représente seulement 30 % de la pluviométrie moyenne pour ces deux mois. Le cumul enregistré durant les mois de septembre, octobre et novembre s'élève péniblement à 159 mm sur le secteur de Nîmes Courbessac. Alors que la pluviométrie moyenne cumulée sur ces 3 mois est de 288 mm.
 
La situation de sécheresse se prolonge donc à l'automne après un été sec et chaud.
 
Au fil de ce bulletin, le niveau des nappes sera comparé à celui des années antérieures et notamment à celui de l'année 2017 où l'étiage très prononcé s'était poursuivi localement jusqu'à la fin de l'année.
 
 
Nappe de la Vistrenque
 
Dans le secteur central, au Mas Faget, l'étiage n'a toujours pas été rompu et la baisse estivale se poursuit lentement en octobre et novembre (-12 cm). Le 1er décembre 2020, le niveau est inférieur de 1,10 m à celui du 1er décembre 2019 et comparable à celui du 1er decembre 2017. L'automne marque habituellement le début de la recharge des nappes. Cette année, l'absence de recharge conduit à un niveau modérément bas.

Vers Nîmes et Caissargues, l'étiage a été rompu fin août et le niveau remonte en septembre à la faveur des pluies (+ 30 cm). En octobre et novembre il reste globalement stable. Il est inférieur de 80 cm à celui du 1er décembre 2019, mais il est toutefois supérieur de 25 cm à celui du 1er décembre 2017.
Les pluies très limitées ne permettent pas de générer une recharge significative et le niveau reste bas.

Dans le secteur le plus aval, au sud du Cailar, l'étiage a également été rompu fin août. La recharge s'amorce  dès le mois de septembre. Elle reste toutefois très modérée car le niveau ne s'élève que de 15 cm durant les mois d'octobre et novembre. Le niveau reste bas. Il est inférieur de 10 cm à celui de l'année dernière à la même date et comparable à celui de 2017.
 
Zones d'alimentation
 
Dans les zones d'alimentation de la nappe, le manque de précipitations se fait particulièrement sentir et le déficit tend à s'accentuer.

Dans le secteur nord à Courbessac, en bordure des calcaires, les pluies de mi septembre ont rompu l'étiage et le niveau est remonté (+ 35 cm). Depuis une lente baisse est constatée (-25 cm). Inférieur de 2,10 m à celui de l'an dernier à la même date et comparable à celui de 2017, le niveau est très inférieur aux moyennes inter-annuelles et tend vers les minimas historiques pour le mois de décembre.
 
A Bezouce, la siutation est comparable à celle de Nîmes Courbessac : l'étiage s'est achevé mi septembre avec une faible recharge (+20cm) mais le niveau baisse très lentement depuis (- 10 cm). Le 1er décembre, le niveau est inférieur de 1,80 m à celui du 1er décembre 2019, mais reste supérieur de 35 cm à celui du 1er décembre 2017. La situation est également très inférieures aux moyennes inter-annuelles.

Dans le secteur de Vergèze, où les calcaires se remplissent et se vidangent beaucoup plus rapidement que la nappe de la Vistrenque, l'étiage s'est achevé fin août. En septembre le niveau s'est élevé à la faveur des pluies (+90 cm). Malgré les petits épisodes pluvieux de l'automne le niveau baisse d'un mètre durant les mois d'octobre et novembre. Il se situe 3,60 m au dessous de celui enregistré à la même date en 2019 et 40 cm au-dessus de celui de 2017. Le niveau est très inférieur aux moyennes inter-annuelles et s'octroie le nouveau record des minimas pour un mois de décembre (- 30 cm par rapport au dernier record enregistré le 1er décembre 2017).
 
A Uchaud, dès la fin du mois d'août, les petits épisodes pluvieux alimentent la nappe et le niveau remonte (+45 cm). Depuis, il reste globalement stable. Le niveau est inférieur d'un mètre à celui du 1er décembre 2019 et comparable à celui de 2017. La situation, très inférieure aux moyennes inter-annuelles, tend vers les minimas historiques pour un mois de décembre.

Sur la bordure Nord des Costières à Garons, la faible épaisseur de l'aquifère induit des fluctuations importantes du niveau de la nappe. Sur ce secteur, bien que les pluies de la fin de l'été et de l'automne aient eu une incidence positive, la vidange de la nappe se poursuit jusqu'en décembre (-85 cm). Inférieur de 3,20 m cm à celui du 1er décembre 2019, le niveau reste toutefois supérieur de 15 cm à celui du 1er décembre 2017 (qui avait atteint les minimas historiques pour le mois de décembre). La situation est très inférieure aux moyennes-interannuelles.
 
 
 Nappes des Costières
 
Dans le secteur de Bellegarde, la recharge, timide, débute mi septembre (+ 15 cm) puis le niveau décroît lentement jusqu'en décembre (- 15 cm). Inférieur de 50 cm à celui enregistré l'an dernier à la même date et comparable à celui de 2017, le niveau est modérément bas.
 
Dans le secteur de Saint-Gilles, les pluies de la fin août marquent la fin de l'étiage. Une recharge significative est constatée sur ce forage à partir de début septembre. En octobre et en novembre, le niveau s'élève faiblement (+10 cm). Il est inférieur de 35 cm à celui du 1er décembre 2019 et supérieur de 5 cm à celui de 2017. Le niveau reste toutefois inférieur aux moyennes interannuelles.
  
 
Conclusion
 
Si l'étiage a été stoppé sur la plupart des secteurs par les pluies de la fin de l'été, les pluies de l'automne ont été très insuffisantes pour générer une recharge des nappes Vistrenque et Costières. Les niveaux poursuivent donc leur baisse durent l'automne. Début décembre, les niveaux sont comparables à des niveaux d'étiage. La situation est proche de celle connue en décembre 2017. Sur le secteur de Vergèze, les minimas historiques pour un mois de décembre ont été atteints.
 
L'absence de recharge conduit les nappes Vistrenque et Costières à une situation déficitaire peu fréquente à cette période de l'année.
 
 
Carte de situation au 1er décembre 2020
Evolution du niveau dans le forage du Mas Faget en mètre NGF depuis le 1er janvier 2001
 
EPTB Vistre Vistrenque
2 bis rue d'entre vignes
30470 Aimargues
contact@vistre-vistrenque.fr
Facebook
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit au Bulletin de Situation des Nappes du Syndicat Mixte des Nappes Vistrenque et Costières.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2019 Syndicat Mixte des Nappes Vistrenque et Costières