Association des Amis de Pontigny-Cerisy
- Reconnue d'utilité publique -
 
Lettre d'information / juin 2020
 
 
ÉDITORIAL
 
 
Chers amis, chères amies de Cerisy,
 
C'est avec quelques jours de retard que nous vous adressons cette Newsletter car nous souhaitions vous donner des informations précises sur la date d'ouverture du Centre (le 13 juillet), sur les activités qu'il propose ainsi que sur les conditions d'accueil qu'il met en place afin de concilier sécurité sanitaire et sociabilités cerisyennes.
 
Pendant la période de confinement, Cerisy est resté en ordre de marche sur le plan statutaire. L'AAPC a pu tenir son Assemblée générale le 23 avril en visio-conférence, rassemblant près de 100 personnes de manière assez chaleureuse. L'AG a adopté les rapports moral et financier de l'exercice 2019, procédé au renouvellement du Conseil d'administration (composé de 20 membres : 7 femmes, 13 hommes). À la suite des départs de Claude Halbecq, Xavier North, Martial Poirson, Gisèle Sapiro et Frédéric Worms qui rejoignent le Comité de soutien, ont été accueillis Jean-Louis Bancel, Dinah Louda, Françoise Moulin-Civil, Françoise Thibault, Nicolas Tixier (voir sa composition à la page Association de notre site internet).
 
 
Cerisy - AG - 23 avril 2020
 
Assemblée générale - 23 avril 2020
Cerisy - CA - 27 mai 2020
 
Conseil d'administration - 27 mai 2020
 
 
Le Conseil s'est ensuite réuni le 27 mai dernier pour élire son bureau, décider des conditions d'ouverture du CCIC, débattre des modalités à adopter notamment quant aux usages du numérique, voter un budget révisé, se traduisant par un écart de 228 000 euros sur les recettes attendues et aboutissant à un déficit d'environ 130 000 euros. Un séminaire réunira à Cerisy à la fin juillet le Conseil, les responsables du CCIC et les membres de la famille Peyrou-Bas afin de définir, dans un contexte en plein bouleversement, les perspectives de travail des années à venir.
 
De même, à la date prévue, le 29 mai 2020, la Commission de coordination régionale (COCOR) a été organisée avec des participants pour moitié à Cerisy dans la salle de la Laiterie de Cerisy et pour moitié par visio-conférence. Elle a traité des activités proposées à partir du 13 juillet et des conditions d'accueil à mettre en place pour réinventer une autre manière de vivre et penser ensemble à Cerisy. La question des visites du Monument historique a fait l'objet d'une discussion pour convenir de réduire les jours d'ouverture, par rapport au programme envisagé, aux jeudi et vendredi entre le 16 juillet et le 21 août. Les partenaires (DRAC, Région Normandie, Département de la Manche) ont été chaleureusement remerciés pour leur attention aux difficultés que rencontrait le Centre culturel, en versant rapidement les subventions prévues malgré le report de certains colloques, en proposant des aides dans le cadre de Fonds d'urgence pour la Culture. Nous avons ressenti que cette fois le Centre culturel international de Cerisy était vraiment en Normandie !
 
 
Cerisy - COCOR - 29 mai 2020
 
COCOR - "Laiterie" - 29 mai 2020
Cerisy - COCOR - 29 mai 2020
 
COCOR - "Visio" - 29 mai 2020
 
 
De son côté, l'équipe permanente de Cerisy, dont une part a été en chômage partiel aux mois de mars et avril, a relevé le défi, en y associant Arnaud Chauvel prochainement parmi nous, de proposer des modes de fonctionnement (séance, restauration, hébergement) adaptés à la crise sanitaire. Défi d'autant plus exigeant qu'il doit être relevé dans un monument historique du XVIIe siècle et dans un lieu dont la mission principale est de faciliter les brassages des personnes et des idées ! Eh bien, ensemble, tous l'ont relevé et l'équipe a confirmé unanimement son accord pour ouvrir le Centre et éviter une saison blanche…
 
C'est dans cette optique qu'en concertation avec le personnel et avec le président, nous avons établi une Charte sanitaire qui sera proposée à tous les participants qui souhaiteront venir en confiance à Cerisy en 2020. Elle évoluera au cours de la saison si, comme nous l'espérons, les contraintes s'amenuisent…
 
Quant aux activités de la demi-saison, elles débuteront dans la seconde quinzaine de juillet par le Foyer de création et d'échanges. Il accueillera des écrivains, artistes et chercheurs qui, à côté de leurs projets personnels, seront invités à une réflexion collective portant sur un sujet de leur choix ou pour ceux qui le souhaitent sur un thème proposé par Sylvain Allemand, secrétaire général de l'AAPC, UN ART DU (DÉ)CONFINEMENT. De façon légère, on proposera des "échauffements corporels", des lectures spécialisées, des présentations des participants, des témoignages sur les expériences vécues à Cerisy en temps réel...
 
Le programme du mois d'août (un atelier et trois colloques) sera présenté ci-dessous. Et ceux des mois de septembre et d'octobre dans la Newsletter suivante.
 
Vous avez été nombreux à répondre à l'enquête lancée à l'automne 2019 par Léa Lucas sur les publics de Cerisy. Elle vous en donne ici un premier aperçu sachant que le rapport final sera présenté au séminaire du CA puis mis en forme en août. Ceux qui s'y intéressent pourront alors y accéder.
 
Nous évoquerons ensuite un anniversaire : celui d'un partenaire régulier de Cerisy qui, depuis douze ans, anime avec talent et gaité bien des soirées cerisyennes : il s'agit de la Compagnie PMVV le Grain de sable.
 
Enfin, vous pourrez découvrir les publications qui, malgré les difficultés d'une période qui a vu la fermeture des librairies, a néanmoins permis la production de plusieurs ouvrages. Permettez-nous de faire une mention particulière de la réédition aux éditions Hermann du livre, Cerisy. Un château, une aventure culturelle, paru en 2002 aux archives départementales de la Manche. Gilles Désiré dit Gosset vous le présente dans cette lettre en réponse aux questions de Léa Lucas. Qu'il soit chaleureusement remercié, ainsi que Philippe Fauvernier, du magnifique travail accompli ! Ce livre, vous pouvez le commander dès maintenant en souscription, à des conditions fort avantageuses.
 
Nous vous attendons à Cerisy et nous comptons sur votre précieux soutien.
 
Edith HEURGON & Dominique PEYROU, Co-directeurs du CCIC
 
 
PROGRAMME DU MOIS DAOÛT
 
Illustration du colloque "La traduction dans une société interculturelle" (2020)
La traduction dans une société interculturelle
 
Du vendredi 31 juillet au vendredi 7 août
 
Direction:
Niall BOND (Univ. Lumière Lyon 2)
Philiep BOSSIER (Univ. Utrecht)
Dinah LOUDA (Veolia)
 
Quatre volets seront abordés : la relation entre traduction et interculturalité, les possibilités technologiques de la traduction, la formation des traducteurs-interprètes et le lien entre traduction et éthique.
 
Séance publique: Table ronde sur les enjeux linguistiques des commémorations du Débarquement en Normandie, le 4 août au Normandy Victory Museum, Catz (Carentan-Les-Marais).
 
Illustration de l'atelier "Écrire dans les règles" (2020)
ATELIER — Écrire dans les règles
 
Du vendredi 31 juillet au vendredi 7 août
 
Direction:
COLLECTIF TEXTIQUE
 
Cet atelier théorique et pratique est ouvert à tous celles et ceux qu'intéressent les règles suivies par l'écriture, qu'il s'agisse, entre autres, de procédés, comme ceux de Raymond Roussel, de contraintes, comme celles de l'Oulipo, de normes usuelles, comme celles de la grammaire, de l'orthographe ou de la mise en page.
 
Illustration du colloque "Les morales de Diderot" (2020)
Les morales de Diderot
 
Du lundi 10 août au lundi 17 août
 
Direction:
Odile RICHARD-PAUCHET (Univ. Limoges)
Gerhardt STENGER (Univ. Nantes)
 
Après un état des lieux de la "morale en action" dans l'œuvre philosophique, romanesque, théâtrale et épistolaire de Diderot, il s'agira de confronter sa pensée matérialiste et athée aux problématiques de l'éthique contemporaine.
 
Spectacles: le 12 août, Les Deux Amis de Bourbonne ; le 13 août, Diderot en prison ; le 14 août, représentation de l'Entretien d'un philosophe avec la Maréchale de *** et le 15 août, lecture des Lettres à Sophie Volland.
 
Illustration du colloque "Que fait la couleur à la photographie ?" (2020)
Que fait la couleur à la photographie ?
Techniques, usages, controverses
 
Du mercredi 19 août au dimanche 23 août
 
Direction:
Nathalie BOULOUCH (Univ. Rennes 2)
Gilles DÉSIRÉ DIT GOSSET (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine)
 
Organisé dans le cadre et avec le concours de
 
René Desclée (1868-1953), Nature morte au vase de fleurs, restitution couleur d'après trois négatifs de sélection, [sd] © Ministère de la culture, Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Diffusion RMN-GP.
 
La réflexion portera sur ce que le progrès de la couleur a fait, fait et fera à la photographie, au prisme de ses techniques et de ses usages. On interrogera aussi les polémiques suscitées par la couleur.
 
Exposition: La couleur dans les collections photographiques nationales, juillet-septembre, Ville de Saint-Lô ; Séance publique: Table ronde animée par Mathilde FALGUIÈRE, avec John BATHO, Dolores MARAT et Yves TRÉMORIN, le 22 août, Médiathèque de Saint-Lô.
 
 
RESTITUTION PARTIELLE DE L'ENQUÊTE SUR "LES PUBLICS DE CERISY"
 
 
Vous êtes nombreux à avoir porté attention à notre questionnaire en ligne en novembre et décembre 2019 et nous tenions à vous en remercier chaleureusement.
 
1000 personnes y ont répondu. Hommes et femmes étaient représentés de façon égale, de même que toutes les générations — malgré une présence moins forte des moins de 30 ans. La diversité des statuts, des professions, des origines géographiques recensée traduit bien la diversité des publics que Cerisy réunit et entre lesquels il permet rencontres et échanges.
 
Le graphique ci-dessous illustre la répartition des personnes interrogées ayant déjà participé à un colloque de Cerisy en termes de statut (directeur, contributeur, auditeur). 183 personnes ont ainsi indiqué être venues plusieurs fois avec des statuts différents. Plus de la moitié des participants ayant expérimenté au moins deux positions différentes disent préférer celle de contributeur : celle de directeur serait trop lourde, quand certains auditeurs se sentent moins légitimes.
 
 
Outre la différence liée à la position, le vécu de chaque colloque varie aussi selon d'autres facteurs : la dynamique du groupe (qui pose également la question de sa taille), la situation personnelle (âge, carrière, durée du séjour), le déroulé du colloque (intensité, mode d’organisation, durée)... De même, l'expérience ne débute pas et ne finit pas au même moment selon les individus. La plupart du temps, au-delà des actes, elle a une suite : 55% des personnes sondées affirment que des projets, professionnels comme personnels, sont nés à Cerisy.
 
En ce qui concerne les relations interpersonnelles, revient souvent la question de la considération des auditeurs : pour la plupart des personnes qui les ont mentionnés, c'est une chance, une grande ouverture qu'ils puissent participer aux colloques. D'autres, minoritaires, considèrent l'auditeur comme passif. Les auditeurs eux-mêmes nous ont à plusieurs reprises fait part d'une certaine appréhension. Il nous tient à coeur de rappeler qu'ils occupent une place essentielle à Cerisy : au-delà des conférences, ce sont les débats et les échanges qui importent, durant lesquels il est souvent très fructueux que les auditeurs présentent leurs points de vue. Il existe de plus une mécompréhension manifeste sur le fait qu'il n'est pas nécessaire d'être invité à contribuer pour participer à un colloque de Cerisy. Le ressenti de tensions liées à l'âge et au sexe a aussi été mentionné, mais de façon plus rare. On remarque que la présence des "maîtres des lieux", de la famille ainsi que l'accueil et l'organisation de l'équipe sont plébiscités, malgré quelques mauvaises expériences que nous regrettons.
 
Les rites cerisyens (la cloche, l'omelette norvégienne, la photo...) apparaissent comme le ciment de la communauté cerisyenne, quand les moments conviviaux qui s'improvisent hors des conférences soudent la communauté du colloque, voire des colloques lors de parallèles. Cependant, plusieurs traditions cerisyennes semblent pour certains dépassées. De même, si Cerisy est vu par la plupart des personnes interrogées comme dans l'ère du temps, il apparaît comme déconnecté de la réalité pour d'autres, plus minoritaires toutefois. Enfin, la qualité intellectuelle, si elle est largement reconnue, est évaluée comme moindre pour certains colloques. S'il semble y avoir autant de ressentis que de participants, des aspects de Cerisy font tout de même quasiment l'unanimité, à commencer par son cadre enchanteur et propice à la réflexion, l'organisation sur place ou encore l'exceptionnalité de l'expérience qu'il permet.
 
Grâce à vos réponses, nous espérons pouvoir mieux cerner les manières dont l'expérience cerisyenne peut être transmise et dégager sur quoi doivent porter prioritairement nos actions prochaines. La restitution complète de l'enquête sera débattue lors du séminaire du conseil d'administration de Cerisy à la fin du mois de juillet : nous vous en fournirons un rapport plus détaillé présentant les pistes d'action choisies au mois de septembre prochain.
 
Au-delà du désir de garantir aux participants le meilleur accueil possible, Cerisy doit, au vu de la situation actuelle, adapter son fonctionnement pour permettre d'assurer au mieux la sécurité de tous. Si le questionnaire a été lancé avant la crise de la Covid-19, les conclusions définitives de l'étude seront sans doute impactées par les mesures prises depuis. Nous travaillons à prendre en compte vos réponses à l'enquête ainsi que vos remarques à venir suite à l'expérience 2020, qui différera sur certains aspects des autres. Cela nous permettra d'évoluer et d'inventer en transformant les contraintes en opportunités tout en préservant ce qui fait l'esprit de Cerisy.
 
Léa LUCAS, Chargée de projets culturels du CCIC
 
 
PMVV À CERISY
 
PMVV le Grain de sable - Cerisy, 2019
 
Bon anniversaire à la Compagnie PMVV le Grain de sable. Depuis 2009, Philippe Müller et Vincent Vernillat ont imaginé et produit huit soirées de Lecture > Création en écho à douze Colloques de Cerisy : dans le domaine de la littérature et de la poésie, par une lecture de Maintenant au colloque Guillevic maintenant (2009), par des extraits d'Anacoluptères et de Cœur élégie rouge à James Sacré ou les gestes de la langue (2010), Marguerite Duras. Papiers d'un jour à Marguerite Duras. Passages, croisements, rencontres (2014), des "extraits de nouvelles ainsi que de poèmes de Frédéric Jacques Temple" aux rencontres Le format court : récits d’aujourd'hui & Périples & parages : l’œuvre de Frédéric Jacques Temple (2015), une Collection de têtes à Portraits dans la littérature : de Gustave Flaubert à Marcel Proust (2016), un spectacle musical à Jacques Prévert, détonations poétiques (2017) jusqu'aux "Loisirs de la Poste" au colloque Spectres de Mallarmé (2019) jusqu'à enfin à "De l'amour chez Dumas" à Dumas amoureux : formes et imaginaires de l'Éros dumasien (2019).
 
Mais aussi dans des rencontres à caractère plus prospectif en lien avec les territoires, au premier rang desquels la Normandie : "Rêves de jardins : utopie(s) et résistance(s)" au colloque Renouveau des jardins : clés pour un monde durable (2012), "Et si on allait au bain ?" à la rencontre Les bains de mer : de la Manche au monde (2013).
 
Spécialement conçues pour Cerisy et interprétées au château, ces onze soirées ont constitué de forts "moments de résonance", phénomène qui, selon le sens philosophe Hartmut Rosa, est susceptible de favoriser "un après la crise sanitaire" inventant de nouvelles façons d'habiter poétiquement le monde...
 
Edith HEURGON, Co-directrice du CCIC
 
Rencontres d’été théâtre & lecture en Normandie (2020)
 
CERISY. UN CHÂTEAU, UNE AVENTURE CULTURELLE - RÉÉDITION
 
Cerisy. Un château, une aventure culturelle
"Découvrez avec cet ouvrage richement illustré  un joyau du patrimoine architectural,
son histoire, celle des familles qui y ont vécu
et l’étonnante aventure culturelle
qui a fait sa renommée internationale."
 
Mise à jour par Sophie Poirier-Haudebert,
Gilles Désiré dit Gosset et Edith Heurgon
 
Hermann Éditeurs
ISBN: 979-1-0370-0393-5
Nombre de page: 124 p.
Illustrations: Couleurs et N & B
Prix public: 19 €
Année d'édition: 2020
 
Bon de souscription
 
Entretien avec Gilles Désiré dit Gosset,
co-auteur de l'ouvrage,
directeur de la MAP (Médiathèque de l'architecture et du patrimoine)
 
À qui cet ouvrage est-il destiné ?
Cette publication est destinée à tous ceux qui souhaitent à la fois mieux connaître ce magnifique monument historique qu'est le château de Cerisy, mais aussi l'étonnante aventure culturelle qu'il abrite depuis 1952. Cela peut être des résidents des colloques ou des personnes qui le découvrent dans une des visites guidées organisées par le Centre culturel, mais aussi un public plus large d'amateurs et d'érudits. Comme il allie des textes de synthèse faciles d'accès avec une très riche illustration (plus de deux cents images), couvrant l'ensemble des aspects de l'histoire du monument, il peut se lire in extenso ou se feuilleter comme un album.
 
Pouvez-vous nous présenter sa structure ? Quels sont les aspects abordés par les différentes parties ?
Le livre se structure en quatre parties : les deux premières concernent l'histoire du château proprement dit, avec d'abord celle des différentes familles qui s'y sont succédées jusqu'aux actuels propriétaires (première partie), et ensuite avec une découverte archéologique du monument et des différents éléments qui le composent, sans oublier le parc qui lui sert d'écrin (deuxième partie). Les deux parties suivantes sont centrées sur l'histoire des colloques de Cerisy : la troisième partie évoque d'abord les différents acteurs familiaux qui, de Pontigny à Cerisy, ont créé et poursuivent cette étonnante aventure culturelle depuis 1910. La quatrième et dernière partie fait revivre les grandes étapes des colloques de Cerisy depuis 1952, et montre à quel point le Centre culturel s'est toujours efforcé, au cours de son histoire, d'accompagner (voire d'anticiper) le développement des sciences humaines et sociales et des pratiques innovantes dans tous les domaines. Loin d'être une institution figée dans le passé, Cerisy veut s'appuyer sur celui-ci pour continuer à inventer l'avenir. C'est la leçon, je crois, que porte cet ouvrage.
 
Pourquoi était-il nécessaire de le rééditer ?
C'est en 2002 que les Archives départementales de la Manche, dont j'étais alors le directeur, ont publié la première édition de cet ouvrage, à l'époque où le Centre culturel de Cerisy fêtait son cinquantième anniversaire. Il a longtemps été proposé en vente aux participants des colloques et aux visiteurs du château, mais cette première édition est épuisée depuis plusieurs années. Avec Edith Heurgon, nous envisagions donc depuis longtemps une réédition de cet ouvrage qui faisait défaut. Mais la gestation fut longue, car s'il n'a fallu que toiletter à la marge les deux premières parties du livre dues à la plume de Sophie Poirier-Haudebert, il fallait en revanche repenser entièrement les deux dernières parties consacrées à l'histoire des colloques à proprement parler : bien des événements sont survenus depuis dix-huit ans, qu'il fallait intégrer. De plus, la couverture iconographique (sous forme de diapositives en 2002) et la maquette graphique devaient être entièrement revues pour les mettre au goût du jour. Cela a été le fruit pendant plusieurs mois d'un intense travail d'équipe, avec Edith Heurgon, d'abord, et plusieurs auteurs qui ont contribué à l'écriture, mais aussi avec Léa Lucas, qui a réalisé toutes les recherches iconographiques et reconstitué entièrement le dossier iconographique, enrichi de nouvelles images par rapport à la précédente édition. Les Archives départementales ont aussi oeuvré à cette publication pour laquelle Alexandre Poirier, le photographe, a été largement mis à contribution. Je ne veux pas oublier non plus l'apport essentiel des éditions Hermann, avec le soutien constant de Philippe Fauvernier, et aussi Jessina Zammit-Rottermund, qui a réalisé la mise en page et a supporté sans se plaindre toutes mes pointilleuses exigences pour faire de cette publication un beau livre.
 
Quel est votre lien avec Cerisy ? Pourquoi vous tenait-il à coeur de participer à cette réédition ?
Je suis un local de l'étape comme on dit : mon père est né à Cerisy et une bonne partie de ses ancêtres maternels avant lui ; j'y ai donc d'abord des attaches familiales. Mon premier séjour à Cerisy remonte à 1999 où, jeune conservateur, je suis intervenu dans le colloque sur Les récits de voyage en Cotentin dirigé par Emmanuelle Amsellem, qui travaillait alors au Centre culturel. J'ai immédiatement été séduit par le lieu, par l'histoire incroyable de tous les colloques prestigieux qui s'y sont déroulés et par la chaleur de l'accueil qu'on y reçoit. Étant historien de formation, et médiéviste, c'est tout naturellement que j'ai participé ensuite à de nombreux colloques du cycle sur la Normandie médiévale, avec Pierre Bouet et François Neveux. Et puis, en 2002 est née l'opportunité de travailler plus étroitement avec Cerisy pour préparer le cinquantième anniversaire du centre : cela a été la réalisation du livre et de l'exposition que celui-ci accompagnait aux Archives départementales. Par la suite, comme directeur des Archives départementales de la Manche, j'ai mis en place des relations institutionnelles avec Cerisy, en participant comme acteur local à la commission de coordination régionale (COCOR) et en organisant plusieurs colloques : Léopold Delisle notamment, avec l'École des chartes et mon amie Françoise Vielliard (2004), et le beau colloque sur La cathédrale de Coutances (2009), avec Pierre Bouet et Françoise Laty. Le pli a rapidement été pris : depuis 1998, bien rares sont les années où je n'ai pas assisté à un colloque ; et les relations d'amitiés se sont approfondies avec le temps. C'est un grand plaisir toujours pour moi d'y revenir et j'ai eu beaucoup de bonheur à travailler à cette nouvelle publication avec Edith et toute l'équipe réunie autour d'elle. Cet été encore, dans le cadre de mes fonctions à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, j'ai la chance de co-diriger avec Nathalie Boulouch le colloque Que fait la couleur à la photographie ? (du 19 au 23 août 2020). Malgré les circonstances en cette année particulière de crise sanitaire, j'espère que ce sera également une réussite.
 
Où peut-on se procurer ce livre ?
Pour le moment, les éditions Hermann le proposent en souscription et il sera à partir de cette saison à disposition au secrétariat du Centre culturel. Puis, quand la situation sanitaire aura évolué, les éditions Hermann envisagent de le diffuser en librairie. Son prix (19 euros) est particulièrement attractif (merci encore à Philippe Fauvernier !) et je ne doute pas qu'il rencontre la faveur d'un large public.
 
Propos recueillis par Léa LUCAS, Chargée de projets culturels du CCIC
 
 
PUBLICATION RÉCENTE
 
Le patrimoine culturel immatériel au seuil des sciences sociales
Le patrimoine culturel immatériel
au seuil des sciences sociales
 
Direction: Julia Csergo, Christian Hottin, Pierre Schmit
Éditeur: Éditions de la Maison des sciences de l'homme
Collection: "Ethnologie de la France et des mondes contemporains, n°37"
Modes de consultation sur écran disponibles, ainsi que l'export PDF pour impression, en libre accès sur le site : OpenEdition Books
 
L'entrée en vigueur de la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) de 2003 a abouti, dès 2009, au dépôt des premières candidatures sur les listes de l'Unesco, alors même que le champ du PCI était encore peu connu des chercheurs et des acteurs du patrimoine.
Après plusieurs années marquées par la prédominance des recherches ethnologiques sur ce nouveau patrimoine, le Centre culturel international de Cerisy (Normandie) accueillait en septembre 2012 un colloque rassemblant des chercheurs de plusieurs disciplines (ethnologues, anthropologues, économistes, juristes, historiens, géographes), des responsables de l'Unesco, des fonctionnaires de l'administration culturelle et des acteurs de terrain associatifs. Les participants y confrontaient pour la première fois des lectures contrastées de l'histoire du PCI, de la valeur politique de ce patrimoine et du rôle qu'y tient la participation des "communautés"
Nourri de nombreuses études de cas empruntées au contexte international mais aussi au contexte territorial de la Normandie, ce colloque de Cerisy fut ainsi la première entreprise intellectuelle collective de grande ampleur consacrée au PCI où ont été énoncés les prémisses de recherches pluridisciplinaires promises aux développements que l'on constate aujourd'hui. Il a de ce fait constitué un tournant décisif dans les études patrimoniales liées à l'immatériel. Cet important volume réunit les actes de cette rencontre majeure qui a fait date dans l'histoire de la réflexion sur la mise en œuvre de la Convention Unesco.
 
En savoir plus
 
PUBLICATIONS À VENIR
 
Repenser l'aménagement du territoire
Repenser l'aménagement du territoire
 
Direction: Stéphane Cordobes, Xavier Desjardins, Martin Vanier
Éditeur: Édition Berger-Levrault
Collection: "Au fil du débat - Études"
ISBN: 978-2-7013-2071-7
 
Aménagement du territoire, attractivité régionale, compétitivité, puis égalité, et enfin, cohésion des territoires : depuis 20 ans, la succession des termes signale la quête d'une reformulation de la pensée aménagiste en France. Aucune ne semble convaincre. Le
monde se précipite dans un changement global, la société française poursuit sa mutation, et avec elle les territoires dans lesquels elle se projette et s’inscrit. Mais peut-on en dire autant de la conception qu’elle se fait de ce que doit être "l’aménagement du territoire", si cher au pays ? La pensée aménagiste collective serait-elle en retard sur les transformations sociales, économiques, environnementales et culturelles qu’elle prétend réguler ?
Interpellés par la fréquence et l’intensité des débats, controverses et crises qui concernent aujourd’hui la question territoriale, une quarantaine de chercheurs et d’acteurs se sont retrouvés du 7 au 13 septembre 2019 au Centre culturel international de Cerisy, pour questionner la pensée et l’action aménagistes.
Depuis la fin des Trente Glorieuses, la politique de l’aménagement du ou des territoires peine manifestement à changer les fondamentaux qui la justifiaient. S’agit-il encore "d’aménagement" ? Celui-ci traite-t-il toujours exclusivement de "territoire" ? Le temps semble venu de changer les catégories d’analyse, le système d’acteurs, le langage et l'horizon qui les rassemblent. La pensée aménagiste ? Rénovation complète !
Loin des débats usés qui opposent les territoires et les métropoles, le pouvoir local et le pouvoir central, ou le développement et l’écologie, cet ouvrage collectif propose une série de pistes pour refonder la pensée aménagiste de la France du XXIe siècle.
 
En savoir plus sur ce colloque
Prospective et co-construction des territoires au XXIe siècle
Prospective et co-construction des territoires
au XXIe siècle
 
Direction: Isabelle Laudier, Lucie Renou
Éditeur: Hermann Éditeurs
Collection: "Colloque de Cerisy"
ISBN: 979-1-0370-0214-3
 
Les territoires sont traversés par des transformations profondes qui mettent en question leur développement et leurs stratégies  :enjeux environnementaux, numériques, économiques et sociaux, enjeux de gouvernance. Ces mutations convergent vers un besoin grandissant d’éclairage à long terme, de prospective, à partir des acteurs des territoires, mais aussi de stratégies innovantes. En tant qu’acteur important des territoires, la Caisse des Dépôts avec sa Banque des territoires soutient de nombreuses réflexions territoriales, pour mieux adapter ses missions aux besoin de demain. Un colloque de capitalisation de ces travaux a été organisé en septembre 2018 au Centre culturel international de Cerisy, qui a rassemblé une soixantaine de géographes, économistes, chercheurs en aménagement du territoire et urbanisme, mais aussi experts, techniciens, élus, étudiants, entrepreneurs. Cet ouvrage, issu du colloque, présente des résultats, mais ouvre aussi de nouvelles pistes pour l’avenir.
 
 
En savoir plus sur ce colloque
Rethinking our world from the perspective of poverty with Joseph Wresinski
Rethinking our world from the perspective
of poverty with Joseph Wresinski
 
Edited by Bruno Tardieu & Jean Tonglet
In conjunction with David Jousset & Béatrice Noyer
Foreword by Ruth Lister
ISBN: 979-1-0370-0390-4
 
Persistent poverty, even in rich countries, makes us question history, human relationships, responsibility, culture, and knowledges.
Joseph Wresinski, who founded the International Movement ATD Fourth World in 1957, opened a field of grass-roots advocacy and
reflexion that set the stage for different scientific disciplines to rethink poverty with people who experience it and to start elaborating an inclusive, actionable knowledge to overcome poverty.
This book stems from the proceedings of a Cerisy colloquium held in June 2017, on the occasion of Wresinski's centennial. It picks up the challenge of thinking about our world with academics, practitioners, artists, and people living in poverty from five continents. Their contributions, based on Wresinski's approach, open up new avenues for research and practice that take into account our knowledge of the injustice of poverty.
 
En savoir plus sur ce colloque
Psychanalyse et culture. L'œuvre de Nathalie Zaltzman
Psychanalyse et culture
L'œuvre de Nathalie Zaltzman
 
Direction: Jean-François Chiantaretto, Georges Gaillard
Éditeur: Éditions d'Ithaque
Collection: "Hors collection"
ISBN: 979-2-490350-14-8
 
Avec les catastrophes génocidaires et leur projet de négation de l'appartenance humaine, dont la Shoah constitue la figure paradigmatique, le XXe siècle aura marqué une rupture au cœur même de l'idée de culture. C'est en se confrontant à cette violence que Nathalie Zaltman initie, à partir de sa pratique clinique, un véritable renouvellement de la psychanalyse.
Revenant sur la théorie freudienne des pulsions de mort pour l'enrichir du concept de "pulsion anarchiste" (1979), elle dessine une approche novatrice de la négativité, au-delà de l'autodestructivité narcissique de type mélancolique ou de la haine narcissique de la culture suscitée par l'exigence collective de sacrifices pulsionnels. Dans cette perspective, la culture apparaît irrémédiablement traversée par une lutte entre la transformation (partielle) de la destructivité et la régression destructrice qui fait fondre dans la notion de "masse" l'individuel et le collectif.
En revisitant le travail de la cure, les processus de la culture, les figures de l’exclusion et du mal, les différentes contributions réunies dans ce volume témoignent de l'importance et de l'actualité de son œuvre, internationalement reconnue.
 
En savoir plus sur ce colloque
 
Centre Culturel International de Cerisy
2, Le Château 50210 Cerisy-La-Salle
France
Facebook
LinkedIn
Youtube
 
 
Si vous souhaitez vous désinscrire de notre lettre d'information :
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2020 Centre Culturel International de Cerisy