Lettre du mois - avril/mai 2020
Agir
 
Confrontation rapide au sein de la compagnie La baleine-cargo avec ce putain de virus !
Le confinement n’était pas décrété que nous avions déjà des représentations annulées sur arrêté municipal à l’autre bout de la France. Et puis l’annonce a été faite.
Et voilà : Une semaine sans prendre le téléphone, sans écrire de mail, sans trop savoir quoi faire. Le temps qu’il faut peut-être pour s’organiser.

Et on s’organise.

La mobilité de bureau n’est pas inconnue quand tu travailles dans une compagnie. Travailler dans le camion, dans la rue, sur le rebord d’une fenêtre, on sait faire ! Les réunions via le web on est déjà des habituées ! Remplir des tableaux Excel pour faire des bilans de bilans, on est prêt ! S’organiser pour s’informer, on le fait au quotidien (merci la fédé) !
Mais annuler des représentations, non, ça nous ne sommes pas habituées ! Sur environ 700 représentations depuis la création de la compagnie, une seule a été annulée et deux autres ont été interrompues par les intempéries.
A la baleine-cargo, on joue même sous la pluie, sous la neige, on joue même en plein cagnard, 
on joue même en étant légèrement blessé et on aménage le spectacle, on joue même si on est triste, on joue même si ….

Aujourd’hui, nous ne nous habituons pas à la charge mentale qui s’abat sur l’équipe qui fait tourner la compagnie.
L’angoisse agit en souterrain.
Et si les salariés intermittents n’avaient plus leur statut ?
Et si nous devions décaler la prochaine création Ma Montagne ?
Et si nous ne devions pas décaler la prochaine création Ma Montagne, que deviendrait
Je cherche un Homme ?
Et si nous ne rentrions pas dans les dispositifs d’aide ?
Et si nous ne retrouvions pas les copains de la rue sur les festivals cet été, cet automne et après ?
Et si …
Résister à l’angoisse.
Agir.

Voici des liens utiles pour les cies, intermittents qui pourront nous/vous aider :
 
Grosses pensées aux chargé.e.s de diffusion et de production, administratrice.eur.s qui travaillent à déconstruire tout le travail de l'hiver si difficile à mettre en oeuvre. 

Laure Brouillard
 
Demain
 
Comme le dit si bien Laure, le confinement nous oblige à détricoter ce que nous avions patiemment et pas toujours facilement tricoté, à savoir les tournées pour jouer nos spectacles et vous rencontrer. Pour nous, compagnies de rue qui commençons bien souvent la saison en avril pour la finir en octobre, avec un pic de diffusion l’été, nous signons une année quasi blanche. Cette année est une catastrophe pour le secteur, mais cela ne s’arrête pas là, les années suivantes seront aussi impactées parce que si nous ne jouons pas cet été, les programmateurs ne nous verront pas et ne nous programmeront pas l’année suivante. Ce n’est pas une, mais deux, voire trois années qui s’annoncent difficiles.
Rien au regard de la catastrophe humanitaire mondiale, on est d’accord. Ce n’est pas la guerre, c’est la défaite d’un monde qui ne tourne plus rond. Un monde qui marche sur la tête.
J’ai dû passer par plein d‘états depuis le 11 mars, mais ce qui reste par-dessus tout c’est une immense colère face au gâchis du monde. Je repense au texte de Je cherche un Homme que j’ai écrit dans un moment de désespoir devant notre capacité à fabriquer du désastre.
« Je vous regarde, vous et vos yeux qui interrogent notre gesticule et qui attendent un après. Et s’il n’y avait pas d’après ? » 
Oui, quel après pour nous demain ? je ne sais pas. J’avoue que je me sens désemparée, parfois écrasée et toujours pleine de rage.
Ce que je sais en revanche c’est que le désir de rencontres, de créations, d’émotions, de partages avec vous tous, est bien vivant.
Nous sommes vivants !
Et tant que nous serons vivants nous continuerons de raconter des histoires dans la rue.
Pour l’instant nous parlons de chômage partiel, d’avances de trésorerie, de reports, de permanence juridique, de fiches pratiques, de questionnaires… c’est pas youpi la fête comme conversation, mais nécessaire.
Demain nous reviendrons vers vous avec la poésie qui nous tient debout, celle qui nous grandit et donne sens à la vie. Et nous serons, comme le dit Nougaro, "armés d’amour jusqu’aux dents !"
 
Françoise Guillaumond
 
Ma Montagne
 
Parce que c’est une belle montagne que nous nous proposons de gravir prochainement, nous avons envie de partager avec vous les bonnes nouvelles qui nous arrivent.
 
Voici les soutiens acquis pour cette future création : CCN de La Rochelle (17) - Fabriques Réunies de Nouvelle Aquitaine - OARA (aide à l’écriture et coproduction) - CNAREP Sur le Pont à La Rochelle (17) - Le Liburnia, Fest’arts à Libourne (33) – Musicalarue à Luxey (40) – Hameka à Louhossoa (64) - Lacaze aux Sottises à Orion (64) - La Lisière à Bruyères le Chatel (91) – La Ville de Floirac (33) – la CDC Aunis Atlantique (17) – la CDC de l’Ile de Ré (17).

Un partenariat avec la compagnie Décor Sonore (qu’on adore !) est en route pour sonoriser l'installation de fauteuils roulants du spectacle.
 
Par ailleurs, nous travaillons sur l'agenda de création et le budget de production pour créer ce spectacle dans de bonnes conditions.
 
Nous allons organiser un laboratoire artistique avant la fin de l’été pour déterminer l’équipe artistique qui portera le projet. Ce sont de bien belles rencontres en perspective et bien sûr, on vous tient au courant.

Et si ça vous dit, allez donc vous balader sur le site de la compagnie. Vous y trouverez le dossier de présentation de Ma montagne mis à jour, ainsi que le dossier des interventions passées et à venir en lien avec la création.
 
 
 
Quelques dates 
 
13 et 14 mars : Poulette Crevette à Sainte- Sigolène (43) - ANNULE 
 
25 mars au 5 avril : Poulette Crevette au Teatre Lliure à Barcelone (Espagne) – ANNULE
 
11 avril : Poulette Crevette à Gujan Mestras (33) - ANNULE
 
4 mai  : Grand'Rue (Fédération des Arts de la Rue en Nouvelle-Aquitaine), Libourne (33)
 
4 mai au 7 mai : Résidence de laboratoire Ma Montagne à la Grève sur le Mignon (17) - ANNULE 
 
16 mai : Poulette Crevette à Pouzac (65) - ANNULE
 
31 mai : Cimetière itinérant de canapés à l’Ile de Ré (17) – ANNULE
 
13 juin : Poulette Crevette à la fête de la ville à Gennevilliers (93) – ANNULE
 
24 juin : Je cherche un Homme au festival d’Urbaka à Limoges (87)– ANNULE
 
5 juillet : Poulette Crevette à Saint Suplice de Faleyrens (33)- ANNULE
 
6 juillet : Poulette Crevette à Parentis-en-Born (40)- EN ATTENTE
 
22 au 25 juillet : Je cherche un Homme au festival Chalon dans la rue off (71) - SUSPENDU
 
26 juillet : Je cherche un Homme au festival La fête des sottises à Orion (64)– ANNULE
 
 
  
 
19 au 23 août : Poulette Crevette au festival d’Aurillac (15) avec le collectif Kinanveu – ANNULE
 
28 août : Je cherche un Homme au festival Lumières du Baroque à Celles-sur-Belle (79) - EN ATTENTE
 
29 août : Poulette Crevette au festival Les Odyssées à Ambes (33) - EN ATTENTE
 
26 septembre : Poulette Crevette Théâtre Brétigny - scène conventionnée d'intérêt national (91) 


#RUEVIDERUELIBRE?
 
 
De rue vide à rue libre il n'y a qu'un pas (de porte) à franchir.
 
Artistes, professionnel.le.s, compagnies et autres dealer.euse.s de spectacle vivant, après Rue vide viendra « Rue libre » ?
Grand'Rue (Fédération des Arts de la Rue en Nouvelle-Aquitaine) vous invite à imager la situation des arts de la rue et de ses travailleur.euse.s
 
Prenez-vous en photo en noir et blanc, de dos et face à une rue vide.
En costume, en action, en jeu, en quête de dates, en spectateur.rice, en régie, mais toujours de dos, mettez-vous en rue "vide" 
 
Postez sur vos réseaux cette photo avec le hashtag #ruevideruelibre?
Dès maintenant et jusqu'au 1er mai, inondons la toile de rues vides.
 
 
 
La baleine-cargo 
12 rue Alphonse Baudin 
17 000 La Rochelle 
06 34 10 28 68 
05 46 01 60 55
contact@labaleinecargo.com
Facebook
Flickr
Youtube
 
 
© 2019 La baleine cargo
 
 
Voir la version en ligne