Mai 2020 
Lettre de l'Assemblée des Femmes


 
Actualités
IVG : l'allongement des délais impensable pour le Gouvernement 
 
Trêve hivernale, détention provisoire, dates d’examen, délais de contestation des PV... il y a un point commun entre tous ces points : le report ou l’allongement des délais, en raison de l’impact de la crise sanitaire.
 
La situation aurait pu être tout aussi “simple” pour les droits sexuels et reproductifs des femmes. Laurence Rossignol et plusieurs parlementaires ont déposé des amendements à plusieurs reprises pour demander au Gouvernement d’allonger le délai d’accès à l’IVG pendant l’état d’urgence sanitaire (et jusqu’à trois mois après sa cessation) et d’aménager l’accès à l’interruption médicalisée de grossesse pour détresse psychosociale. Mais pour le Gouvernement, circulez, il n’y a rien à voir !
 
« Si c’étaient les hommes qui se retrouvaient enceints, s’ils avaient à assumer une grossesse non désirée, il y a une chose dont on peut être certaines : le droit d’avorter serait inscrit en lettres d’or dans la constitution », comme le dit Isalbelle Alonso.
 
 
 
 
 
Féminisme et écologie : agir face au consensus paresseux 
 
Nous devons toutes et tous réfléchir à un monde d'après féministe et écologique bien que le chemin soit semé d'embûches. Les faibles actions relatives aux droits des femmes comme à l'écologie ne sont qu'écrans de fumée face aux avancées nécessaires. 
 
Les héroïnes de la crise sanitaire sont invisibilisées, les personnels soignants auront le droit à une prime : il n'est donc pas question de revaloriser ces emplois largement occupés par des femmes, quant aux auxiliaires de vie la prime leur a même été refusée. Quand il s'agit de soigner, les femmes sont là et attendues, quand il s'agit de décider, elles sont oubliées comme le rappelle Jocelyne Adriant Mebtoul, présidente de la Coordination pour le lobby européen des femmes. Si tout le monde - ou presque - s'accorde pour lutter contre les violences faites aux femmes, lorsqu'il s'agit de défendre l'IVG la plupart se dérobe. Pourquoi donc ? Parce que nous entrons dans le cœur politique des luttes et que le consensus n'existe plus. 
 
Côté environnement, la musique n'est pas plus belle, le Gouvernement promet beaucoup et tous les partis se verdissent. En revanche lorsqu'il s'agit d'interventionnisme écologique, les belles intentions disparaissent. Par exemple, les aides aux entreprises face à la crise actuelle ne sont pas éco-conditionnées dans loi alors que plusieurs parlementaires ont proposé des amendements visant à ce que les aides d'État soient conditionnées à la mise en place par les entreprises concernées de stratégies visant à réduire leur empreinte carbone et leur consommation d'énergie. 
 
Lors de la prochaine université d'automne de l'Assemblée des Femmes, les 10 et 11 octobre 2020 à La Rochelle, nous travaillerons sur l'éco-féminisme pour réinventer le modèle productiviste et patriarcal.
 
Les actes de l'Université 2019 de l'ADF sont en ligne 🎉
 
Avec la sortie de Mrs America et son décryptage d'une mobilisation anti-féministe d'ampleur dans les États-Unis des années 1970 et le confinement, nous n'attendions plus qu'une chose : vous offrir le contenu de notre Université d'automne 2019 sur les antiféministes et les masculinistes.
Pendant deux jours, seize intervenantes ont présenté et débattu avec intelligence et sororité autour des stratégies, des réseaux et des conséquences des actions des antiféministes et des masculinistes.
 
Rendez-vous les 10 et 11 octobre 2020 à La Rochelle pour notre prochaine université d'automne ! 
 
Actes 
 
Reconnaissons la place des femmes après cette crise !
 
Conseillères régionales de Nouvelle Aquitaine : Anne-Laure Bedu, Naïma Charaï, Sandrine Laffore, Nathalie Lanzi, Muriel Sabourin-Benelhadj et Maryline Simoné ont pris la plume face à la situation dans laquelle un très grand nombre de femmes se retrouvent à la sortie de la période de confinement. Retrouvez leur tribune.

« Nous ne tolèrerons pas, disent-elles, que la société continue à ignorer et à sous-évaluer le rôle des femmes et leur contribution essentielle au vivre-ensemble et au maintien de notre dignité humaine. »

Leur réflexion est essentielle, ainsi que les propositions et les engagements qui sont les leurs.
 
Tribune
 
Revue de presse
 
 
Nous ne serons plus jamais les bonnes petites soldates de vos guerres
 
«Nous sommes en guerre» ? Messieurs, cette guerre vous l’avez décidée entre vous – cols blancs et costumes noirs –, bien planqués dans les ministères et dans les hautes sphères où aucune femme ne vient jamais vous déranger. Votre guerre, nous et nos sœurs l’avons menée en première ligne : infirmières, aides-soignantes, assistantes maternelles, aides à domicile, agentes d’entretien, caissières, vendeuses, ouvrières du textile, enseignantes, secrétaires, employées administratives du public et du privé…
Vous jouez avec le terme de «guerre» pour cacher votre incompétence." Mais, non, nous ne sommes pas en guerre, nous sommes en care comme le dit Eric Macé.
 
Article
 
La pandémie de Covid-19 aggrave la condition des femmes dans le monde
 
Tristement prévisible, toutes les catastrophes, naturelles ou non, ont pour conséquence d'aggraver la situation des femmes dans le monde : augmentation des grossesses non désirées, mariages forcés, violences sexuelles et sexistes...
Les coups physiques, politiques et non palpables se multiplient dans le monde. Alors, les femmes seront-elles les grandes perdantes de l'après Covid comme le demande Titiou Lecoq ?
Vous êtes pour un changement radical du système ? Vous devez également fonder votre réflexion sur le féminisme. Parce l'exploitation des femmes a été historiquement la première, vous ne pouvez pas changer le système sans le féminisme. "
 
Article du Monde
 
Egalité hommes femmes : balance ton salaire
 
Encore une fois, Élise Lucet et son équipe ont touché juste, malgré les lois, malgré les grandes déclarations, malgré les " à travail égal, salaire égal", nous sommes toujours face à des inégalités salariales. 
La loi impose depuis 1972 aux employeurs et employeuses (plus rares...) d’assurer l’égalité des rémunérations « pour un même travail ou pour un travail de valeur égale ». Les hommes actifs français gagnent pourtant toujours, en 2020, 22,8 % de plus en moyenne que leurs collègues féminines, selon l’Insee. Données chiffrées, témoignages édifiants, saynètes humoristiques, ton décomplexé.
 
Émission
 
 
Femmages à Cécile Rol-Tanguy et Anise Postel-Vinay
 
Deux grandes résistantes ont disparu. Leurs exemples nous inspirent et aujourd’hui, nous leur rendons femmage.
 
" Dans la nuit du 18 au 19 août 1944, c’est elle [Cécile Rol-Tanguy] qui tape à la machine le tract appelant les Parisiens à s’insurger : « Aux patriotes aptes à porter des armes. (…) La France vous appelle ! Aux armes, citoyens ! ». Le 20, elle est de nouveau aux côtés du colonel Rol lorsque celui-ci installe son PC dans les catacombes, à vingt-six mètres sous le lion de la place Denfert-Rochereau. C’est là que le chef régional des FFI organise le soulèvement parisien. Cinq jours plus tard, après de rudes combats, les Parisiens fêtent la Libération, alors que les chars alliés entrent dans la capitale. Cécile Rol-Tanguy sort de l’ombre. Elle est reçue au ministère de la guerre, le 27, avec son mari ainsi qu’une vingtaine de chefs de la Résistance parisienne, par le général de Gaulle."
 
La résistante Anise Postel-Vinay, déportée en Allemagne avec Germaine Tillion lors de la Seconde Guerre mondiale, est décédée de vieillesse dimanche à Paris à l'âge de 97 ans. Elle s'était engagée dans la Résistance étant adolescente, elle a fourni des renseignements militaires au sein du réseau Gloria SMH (His Majesty Service). 
 
  "Ces femmes résistantes ont eu des vies extrêmement riches, leur combat ne s'est pas arrêté en 1945 et notre rôle est de le continuer", a déclaré à l'AFP Geneviève Zamansky-Bonnin, secrétaire générale de l'Association Germaine Tillion et proche d'Anise Postel-Vinay.
 
Article
 
 
Facebook
Twitter
Flickr
 
 
Restez chez vous, prenez soin de vous.
À bientôt !
 
SendinBlue
 
 
© 2020 Assemblée des Femmes