En plein confinement, ce sont les activités vitales qui reprennent  le dessus : manger, se soigner... Alors comment continuer à travailler sur la biodiversité domestique et les Trésors vivants en ces temps difficiles ? Serge Morand, écologue de la santé, répond très justement à cette question dans cette interview, expliquant en quoi la crise sanitaire actuelle est une crise aux racines écologiques. Parmi les solutions, la biodiversité domestique est cruciale pour limiter la circulation des virus et autres pathogènes : une raison de plus de travailler en ce sens, si l'on en manquait encore !
Autre conséquence du confinement : les producteurs agricoles, dont les circuits de distribution sont complètement désorganisés avec la perte de débouchés dans la restauration et les écoles et la fermeture de nombreux marchés, doivent ré-inventer des circuits de commercialisation. L'adaptation a été rapide, et les initiatives pour permettre aux confinés de profiter de produits frais, en direct du producteur, fleurissent un peu partout. On ne peut donc que vous conseiller d'aller voir sur le site d'InPACT Centre ou encore la plateforme dédiée de la Région, entre autres, qui recensent les possibilités de vente à la ferme ou livraisons! 
 
 
Une belle AG, et un tout nouveau bureau collégial !
 
Pas d'agenda dans cette lettre de nouvelles confinées, mais quelques informations sur la vie associative à l'URGC : le 7 mars dernier, l'Assemblée générale réunissait près d'une cinquantaine de personnes à la Villa Rabelais, à Tours, dans un monde pré-confinement. De l'avis de tous, ce fut un excellent cru en matière d'assemblée générale : une réunion dynamique, des discours émouvants, suivis d'un délicieux repas, plein de Trésors vivants à chaque bouchée (et gorgée!). Pour les plus courageux, la journée s'est terminée par une promenade historique dans Tours ! Cette AG a également marqué le départ du bureau de trois membres historiques : Mic Baudimant, François Chardonnet et Alain Pollet ont choisi de laisser la place à la jeunesse. C'est donc un bureau presqu'entièrement renouvellé qui a été élu, composé de Sébastien Delaveau, François Bonhomme, Bénédicte Brunaud et Christian Leclerc. Et depuis l'AG extraordinaire du 3 avril, ce bureau fonctionne sous forme collégiale, les quatre membres assurant  collectivement les fonctions de présidence, secrétariat et trésorerie! !
 
 
Si vous souhaitez soutenir l'URGC dans ses actions, vous avez la possibilité d'adhérer à l'association en ligne. Pour vous engager à nos côtés dans la défense des Trésors vivants de la Région et devenir bénévole actif, n'hésitez pas à nous contacter directement !
 
 
De mystérieux nouveaux légumes...
 
Depuis la création de l'URGC, le travail d'inventaire des races et variétés se poursuit. S'il est rare d'avoir des surprises sur l'existence d'une race animale oubliée, on retrouve encore régulièrement des informations sur de potentielles variétés rattachées à la Région, notamment parmi les légumes ! En vingt ans, 85 variétés potagères ont été portées à notre attention. Nous avons pu confirmer pour 44 d'entre elles le rattachement à la Région Centre, par l'étude d'archives ou de témoignages. Le mois dernier, quatre nouvelles variétés sont apparues sur nos radars, grâce notamment à notre partenariat avec le conservatoire de Ste Marthe en Sologne : la tomate du chateau de Chartres, le navet Corne de Cerf, le haricot blanc d'Olivet et l'oignon des Pailles de Château-Renard ! Des recherches bibliographiques sont nécessaires pour vérifier leur lien avec la région, mais ces perspectives sont d'autant plus prometteuses que des semences sont disponibles pour ces quatre variétés !
Contact : Agathe Lang
 
 
 
Rencontres des races caprines à faible effectif en Savoie
 
Des représentants de la chèvre cou-clair du Berry et de l'URGC ont pu assister à la treizième édition des rencontres entre associations d'éleveurs de races locales caprines, en Savoie : l'occasion de beaux échanges avec les associations des différentes races à faible effectif, une ambiance joyeuse et conviviale... et de belles perspectives d'avenir pour notre cou-clair du Berry, si nous voulons la faire reconnaître comme race à l'avenir !
Contact : Agathe Lang
Crédit photo (photo de groupe) : Coralie Danchin (IDELE)
 
 
 
Des semences de treize variétés de légumes en essais !
 
Nous vous l'annoncions dans notre dernière lettre de nouvelles, c'est maintenant lancé : treize variétés locales de légumes sont en test chez des maraichers de la région, afin de récolter des informations sur leur culture ! Ce projet, mené en partenariat avec le conservatoire de Ste Marthe en Sologne, permettra de mieux connaitre nos Trésors vivants, d'évaluer leur potentiel de valorisation et, on l'espère, de développer leur culture. Ces légumes seront vendus à des restaurateurs, qui travaillent pour l'occasion en binôme avec les maraichers participants, afin d'évaluer également leur potentiel gustatif.
L'envoi de semences a été l'occasion de passer voir certains partenaires sur place : La Maison d'à Côté-Christophe Hay et le beau jardin d'Alain Gaillard, le restaurant ASSA à Blois, et enfin la maraîchère Clara Dupré, de la petite fève à Fondettes, qui travaillera en binôme avec Kalika-Loire : de la terre à l'assiette. De belles choses dans les champs et les assiettes s'annoncent !
 
 
 
 
Un nouveau départ pour les vignerons sur les cépages rares!
 
Le 24 février dernier, les vignerons de l'Association Vigneronne pour les Cépages Rares Berry Sologne se réunissaient pour leur assemblée générale annuelle. L'occasion de saluer tout le travail accompli par sa présidente sortante, Maryline Smith, qui a une large part dans le renouveau d'un cépage qu'on pensait perdu, le genouillet. C'est Pascal Pauvrehomme, maire de Ste Lizaigne et passionné de cépages rares qui prend sa suite.
Cette AG a également été l'occasion d'évoquer les projets pour l'avenir, et notamment le souhait de l'association de se refonder et de se ré-inventer en élargissant son périmètre d'actiosn et d'adhérents. Jusque là centrée sur les projets de replantation de cépages quasi disparus en Berry et en Sologne, elle devrait s'ouvrir à l'ensemble des cépages rares de la région Centre-Val de Loire. Tous les acteurs de la filière intéressés par les cépages rares seront conviés à une réunion de travail pour acter cette refondation, et participer à l'élaboration d'un projet commun.
Contact : Fanny Moyse
 
 
 
Une AOP pour l'agneau de Sologne ?
 
Nous vous l'annoncions il y a un an, le projet d'une AOP pour l'agneau de Sologne a été relancé début 2019 grâce à la motivation de plusieurs éleveurs, accompagnés dans leur démarche par la chambre d'agriculture 41, l'URGC et l'INAO. Sept ans après la suspension du projet initial d’AOP « Agneau de Sologne », une belle revanche pour cette filière plus que jamais dynamique !
Depuis, cette mobilisation n'a pas faibli : le collectif a déjà à son actif une dizaine de réunions de travail qui lui ont permis de se structurer et de préciser les objectifs. Le syndicat de défense et de promotion de l’Agneau de Sologne a ainsi été créé en octobre. Quatre groupes de travail ont été définis, l’URGC animant le groupe « Economie » pour analyser la faisabilité et les impacts économiques du projet AOP. Un premier cahier des charges de conduite d’élevage a minima à application immédiate a été validé en novembre, en attendant l’élaboration d’un cahier des charges plus strict au fur et à mesure de la construction de l’AOP. Nous participons également aux autres travaux indispensables à l’obtention de l’AOP : la recherche bibliographique pour justifier de l’ancrage historique du produit "Agneau de Sologne" et de la zone géographique, l’étude de faisabilité de mise en place d’abattoir mobile ou autre structure d’abattage, afin de pallier à la carence en abattoir sur la zone prédéfinie pour l’AOP.
Contact : Fanny Moyse
 
 
 
Nouvelles recettes et superbes photos culinaires à Noirlac
 
Vous vous en rappelez peut-être, les rencontres culinaires 2019 avaient réunis à l'abbaye de Noirlac les élèves de six classes de SEGPA, qui avaient préparé près de 2000 bouchées pour un superbe buffet de recettes de légumes anciens ! L'édition 2020 promettait d'être tout aussi grandiose ; malheureusement, la crise sanitaire nous a obligés à la reporter. Mais les élèves n'ont pas chômé pour autant : de délicieuses recettes ont été élaborées dans les cuisines des établissements et, nouveauté de l'année, deux séances photos ont permis aux élèves de découvrir l'art du stylisme culinaire. Lors de ces deux ateliers, animés par Linda Louis, les élèves ont pu photographier une dizaine de recettes : de quoi faire une nouvelle série de cartes recettes qui seront distribuées aux maraichers !
Contact : Agathe Lang
 
 
 
Des soirées à la découverte des pommes rares de Touraine
 
Retour sur les soirées consacrées aux pommes rares de Touraine à la Villa Rabelais, en novembre puis en février : après un temps de découverte de la biodiversité domestique et de son histoire, les participants ont pu en apprendre plus sur l'évolution de la diversité de variétés fruitières. Ensuite, place à la dégustation des variétés de pommes choisies par Alain Prossaird, des Croqueurs de Pommes de Touraine. Pommes d'automne en novembre, pommes de garde en février, les participants se sont régalés ! Pépin de Bourgueil, Impériale ancienne, Tardive de Marcilly, Belle des buits, Reinette du Mans... la biodiversité domestique offre une richesse de goût formidable. Les croqueurs de pommes ont proposé plusieurs façons de l'apprécier, en amenant pommes crues, jus et pâtes de fruits pour plusieurs variétés !
Contact : Agathe Lang
 
 
 
 
Salade de Céleri violet de Tours, pommes de terre, lentilles et tomates séchées
 
 Crédit photo : Linda Louis
 
Une recette élaborée par Linda Louis à l'occasion de la séance photo à Noirlac, pour mettre en valeur le délicieux céleri violet de ToursMême si ce n'est pas la pleine saison du céleri branche, vous pouvez encore en trouver pour préparer cette délicieuse salade.
 
Ingrédients :
- 4 belles branches de céleri violet de Tours
- 4 grosses pommes de terre à chair ferme
- 100 g de lentilles vertes du Berry
- 2 échalotes
- 5 tomates séchées
- 6 cuillères à soupe d’huile de noix
- 2 cuillères à soupe de vinaigre
- 1 cuillère à café de moutarde fine
- sel, poivre
 
Pelez les pommes de terre et rincez-les. Coupez-les en cubes de taille moyenne et faites-les cuire 10 minutes à la vapeur. Laissez refroidir dans une assiette. Faites cuire les lentilles dans de l’eau bouillante et non salée pendant 18 minutes. Égouttez-les puis laissez-les refroidir.
Lavez soigneusement le céleri violet de Tours. Coupez les branches en petits tronçons. Hachez une partie des feuilles.
Épluchez et coupez en très fines rondelles l’échalote. Coupez en petits morceaux les tomates.
Assemblez l’ensemble des ingrédients dans un saladier. Juste avant de servir, ajoutez l'huile de noix, le vinaigre, la moutarde, du sel et du poivre.
 
 
 
Vous recevez cette lettre de nouvelles quatre fois par an parce que vous vous êtes inscrits sur notre site. Si quelque chose a changé et que vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre ou que nous vous l'envoyons par erreur, vous pouvez vous désinscrire en bas de ce mail ou bien en nous envoyant un petit message !
 
 
URGC
Place du Général de Gaulle
36400 LA CHATRE
contact@urgcentre.fr
www.urgcentre.fr
Facebook
 
Ces projets sont cofinancés par l’Union européenne. L’Europe investit dans les zones rurales.
 
Ce message est adressé à
Vous recevez ce message car vous vous êtes inscrit à la liste de diffusion de l'URGC.
 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2017 URGC