EPTB VISTRE VISTRENQUE
Gestion des rivières et des eaux souterraines

BULLETIN DE SITUATION DES NAPPES
juin 2020

 
 Situation au 1er juin 2020
et évolution de la situation depuis le 1er mai 2020


 
 
Depuis le début de l'année, le sud du département du Gard enregistre un déficit pluviométrique de l'ordre de 40 % et des températures supérieures à la normale de 1 à 3 °C. Seul le mois d'avril enregistre des précipitations conformes aux normales. Le mois de mai comptabilise 44 mm de pluie sur le secteur de Nîmes, c'est un peu moins que la moyenne qui est de l'ordre de 65 mm.
 
Au fil de ce bulletin, le niveau des nappes sera comparé à celui des années antérieures : 2019 et 2017. Pour mémoire l'année 2017 est une année avec une faible recharge hivernale et un été sec.
 
Nappe de la Vistrenque
 
Dans le secteur central, au Mas Faget, depuis le début de l'année les petits épisodes pluvieux ont simplement contribué à stabiliser la baisse du niveau sans générer de recharge. En mai la situation reste conforme à celle des mois précédents et le niveau reste stable. Le 1er juin  2020, le niveau est inférieur de 0,9 m à celui du 1er juin 2019 et inférieur de 10 cm à celui du 1er juin 2017. La situation est inférieure aux moyennes inter-annuelles.

Vers Nîmes et Caissargues, le niveau décroît en mai de 30 cm. Le 1er juin, il est comparable aux normales, comparable à celui du 1er juin 2019 et inférieur de 25 cm à celui du 1er juin 2017.

Dans le secteur le plus aval, au sud du Cailar, la baisse constatée en mai est de 15 cm. La situation est conforme aux moyennes inter-annuelles. Le niveau est équivalent à celui du 1er juin 2019 ainsi qu'à celui de 2017.
 
Zones d'alimentation
 
Dans les zones d'alimentation de la nappe, la situation est variable d'un secteur à l'autre. Elle dépend de l'intensité du déficit enregistré à la fin de l'été, de l'intensité de la recharge enregistrée en fin d'année 2019 et de l'impact des pluies de printemps.

Dans le secteur nord à Courbessac, en bordure des calcaires, soutenu par les petits épisodes pluvieux survenus depuis la fin avril, le niveau reste stable. Celui-ci est comparable à celui de l'an dernier à la même date et inférieur de 60 cm à celui de 2017. La situation est inférieure aux moyennes inter-annuelles.
 
A Bezouce, les pluies de mai ont permis de limiter la baisse du niveau (-35 cm). Ce secteur bénéficie toujours de la recharge de l'automne et la situation reste conforme aux normales.

Dans le secteur de Vergèze, les calcaires se remplissent et se vidangent beaucoup plus rapidement que la nappe de la Vistrenque. Comme il fallait s'y attendre, le niveau du 1er mai, qui se situait proche d'un pic de recharge, décroît rapidement. L'épisode pluvieux survenu mi-mai a toutefois contribué à ralentir cette baisse (1,3 m). Le niveau du 1er juin se situe 10 cm au-dessous de celui enregistré à la même date en 2019 et 30 cm au-dessous de celui de 2017. Les pluies ont été bénéfiques sur ce secteur où le déficit très marqué début mars s'est atténué.
 
A Uchaud, les niveaux très bas de la fin de l'été 2019 et la recharge limitée de l'automne ont conduit à une situation déficitaire dès le début de l'année 2020. Les pluies de printemps n'ont pas pu inverser cette tendance comme à Vergèze et la situtation reste déficitaire.

Sur la bordure Nord des Costières à Garons, la faible épaisseur de l'aquifère induit des fluctuations importantes du niveau de la nappe à la faveur des pluies. Le déficit qui s'est installé en début d'année a été partiellement compensé par les pluies de printemps. Malgré tout la situation reste déficitaire. Le niveau est supérieur de 20 cm à celui du 1er juin 2019 et inférieur de 50 cm à celui de 2017.
 
 
 Nappes des Costières
 
Dans le secteur de Bellegarde, le niveau se stabilise en mai après une lente baisse depuis le début de l'année. La situation est conforme aux moyennes inter-annuelles. Le niveau est comparable à celui du 1er juin 2019 et inférieur de 15 cm à celui de 2017.
 
Dans le secteur de Saint-Gilles, les pluies d'avril ont généré une hausse du niveau qui rejoint les normales début mai et s'y maintient jusqu'à mi-mai avant d'entamer une baisse. Le niveau est comparable à celui du 1er juin 2019 et supérieur de 10 cm à celui du 1er juin de 2017.
  
 
Conclusion
 
Le déficit pluviométrique qui s'est installé depuis le début de l'année 2020, n'a pas permis de poursuivre la recharge engagée à l'automne dernier. Les pluies de printemps ont contribué à limiter la baisse des niveaux mais restent insuffisantes pour combler le déficit cumulé. Au final, la recharge 2019/2020 reste donc très limitée.
 
La situation évolue peu entre le 1er mai et le 1er juin et reste hétérogène selon les secteurs.Le déficit observé à l'aval se maintient sans toutefois s'accentuer (la situation est même sensiblement plus favorable dans le secteur du Cailar). Dans le secteur Nord, Nord-Est, la situation reste proche des normales. Le secteur des Costières, vers Saint-Gilles et Garons, montre une situation plutôt déficitaire.
 
 
 
 
Carte de situation au 1er juin 2020
Evolution du niveau dans le forage du Mas Faget en mètre NGF depuis le 1er janvier 2001
 
EPTB Vistre Vistrenque
Gestion des rivières et des eaux souterraines
Pôle eaux souterraines
2bis rue Entre vignes
30470 Aimargues
contact@vistre-vistrenque.fr
Facebook
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit au Bulletin de Situation des Nappes de l'EPTB Vistre Vistrenque.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2020 EPTB Vistre Vistrenque