"25 000 messes"
(par le père Jean Bellon)
    Je viens de célébrer ma 25 000e messe, quelques jours après le 64e anniversaire de mon ordination.       
    C’était dans la solitude du confinement. Une lumière m’est venue de l’évangile : « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, vous n’avez pas la vie en vous… » et encore : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang… je demeure en lui, et il
 
vivra par moi ». Le prêtre est façonné par cette nourriture quotidienne.
       L’image m’est venue de la gelée royale : la reine n’est qu’une abeille comme les autres, c’est la gelée royale dont on la nourrit qui en fait une reine avec sa fécondité et son autorité.
       Ainsi est le prêtre. On peut avoir de la reconnaissance et de l’admiration pour ce qu’il a fait - et l’on n’en voit qu’une petite partie – mais tout cela vient du Seigneur Jésus qui demeure en lui et qui lui donne inspiration, clairvoyance et courage par l’Esprit Saint. C’est un peu comme les Apôtres au temps de la Pentecôte : des rencontres inattendues, des paroles inspirées, des délivrances miraculeuses, une activité et une bonté infatigable.
       De là vient l’humilité du prêtre, qui se sait fragile, médiocre et pécheur et son relatif anonymat : il est simplement un prêtre ou mon curé.
       Mais la même eucharistie nous nourrit, le même Christ Jésus demeure en nous, le même Esprit Saint est en nous lumière et force.
      Comme je voudrais que beaucoup de jeunes d’aujourd’hui s’offrent au Seigneur Jésus pour être transformés par lui en sel de la terre, lumière du monde et pasteurs de ses agneaux !
 
Père Jean Bellon                
 
Le confinement : doutes et espoirs
(par une paroissiène)
    À l’annonce faite par le gouvernement au mois de mars, d’interdire les rassemblements dans les lieux de culte, je dois avouer que cela ne m’a pas perturbée plus que ça. Moi qui,
 
pourtant, reviens de loin, qui suis revenue dans la foi il y a 4 ans, suite au décès brutal de mon conjoint après 17 ans de vie commune.
     Plus de messes en semaine, ni le samedi soir ou encore le dimanche…Ma foi, n’ayant pas le choix, je me débrouillerai autrement, me suis-je dit !

    J’ai donc ouvert mon « Prions en Église » et lu quotidiennement les textes du jour en terminant par un « Notre Père » et un « Je vous salue Marie » en adressant mes prières au Seigneur et à Marie, même si je ne comprenais pas toujours les lectures.
     Mais grâce aux lettres infos bihebdomadaires de la Paroisse, la flamme de ma foi ne s’est pas éteinte ni endormie, bien au contraire, elle a été maintenue voire même parfois ravivée !
 
    Je tiens d’ailleurs à saluer et remercier chaleureusement notre curé Patrick, les pères Dany, Xavier, Jean, Francis et Sante (nos prêtres de la paroisse), ainsi que Chris pour la beauté de leur travail et leur efficacité.
 
    Puis est arrivé le dimanche des Rameaux, suivi de la Semaine Sainte qui s’est clôturée par le dimanche de Pâques. Oui, le dimanche de Pâques, la plus grande des fêtes chrétiennes…
    Pas de bénédiction des rameaux, ni de messe Chrismale et encore moins la possibilité de fêter la Résurrection de notre Sauveur, Jésus-Christ…
     J’ai l’impression que tout s’effondre, ce virus fait des ravages et l’on marche dans la rue comme des robots, osant à peine croiser le regard des personnes ni même sourire aux commerçants ou à ses voisins.
     Cela ne correspond pas aux valeurs de l’Église, ni aux miennes d’ailleurs.
     On pense aux personnels soignants, à toutes les personnes étant en 1ère ligne, aux personnes âgées, celles qui sont isolées, malades, à celles qui, malheureusement décèdent seules et ne peuvent être accompagnées en leur dernière Demeure de façon humaine.
 
Mais l’on oublie les enfants, pour qui cette période est tout autant difficile à vivre, moi la première, alors que je suis enseignante et que je
 
fais l’école à distance.
     Le Seigneur me lance un appel, je le sens mais je ne L’écoute pas. Il ne désespère pas, Il signe et persiste en m’envoyant un second signe. Oui, celui d’écrire une lettre à l’attention des enfants de la catéchèse. En travaillant sur ce projet, en collaboration avec le Père Sante, mon cœur s’est davantage ouvert, je me suis sentie utile en ce temps si particulier et inédit qu’est le confinement.
     Après presque un mois et demi de confinement, je ressens un vide, un vide qui croît au fil des jours…
 
    En effet, le fait de ne plus être rassemblés entre frères et sœurs à l’église, les chants, l’ambiance, l’homélie « vivante » du prêtre célébrant…
 
    Oui, tout cela me manque, je vis ma foi à ma façon mais elle ne sera jamais à la hauteur de celle que nous vivons tous ensemble, unis fraternellement dans nos belles églises, la Maison du Seigneur.
    Ne perdons pas espoir, gardons la foi, ce n’est que partie remise, car heureusement le Seigneur est à nos côtés quoi qu’il en soit. Il nous aide à
 
traverser et surmonter cette épreuve pour mieux nous retrouver dans la joie et la paix de Jésus-Christ.
 
                     Loriane
 
RAPPEL PRIORITAIRE
      Contrairement à ce qui est très souvent indiqué aux familles par certains opérateurs de Pompes Funèbres, les célébrations religieuses de funérailles en église ou au cimetière sont autorisées et possibles, toujours dans la limite de 20 personnes présentes.
    La paroisse durant ce temps de confinement a accueilli et accompagné de nombreuses familles en deuil.
       Il est important de diffuser largement ces informations et d'inviter les paroissiens dans la peine d'insister fermement auprès des opérateurs de Pompes Funèbres pour obtenir la célébration souhaitée.
 
LA LETTRE AUX ENFANTS CURIEUX DE DIEU
Pour les enfants, l'Enf'Infos du KT pour ce mercredi est à trouver et télécharger sur la page Catéchèse de notre site (cliquer sur la photo).
 
Tous les numéros y sont  à trouver dans la colonne de gauche sur écran large (ordinateur & tablette) et en fin de page sur écran étroit (portable).
"Réjouis-toi, Ô Mère du Sauveur"
 
Pour ce mois de mai : l’Hymne acathiste ou l’Acathiste à la Mère de Dieu est une hymne composée en l’honneur de la mère de Jésus Christ, parmi les plus célèbres de la liturgie chrétienne. C’est un chant d’action de grâces composé en l’an 626.
 
Cliquer sur le bouton ci-dessous pour retrouver le fichier audio et les paroles sur notre page d'accueil.
 
L’Acathiste à la Mère de Dieu
Et "merci" pour toutes vos contributions passées !!!
 
Bonne fin de semaine à tous !

           L'équipe Com!
 
 
Paroisse Notre-Dame de l'Espérance
1 & 2, rue de Sault
38000 Grenoble
Tél :  04 76 87 27 82
Facebook
Youtube
 
 
Cet e-mail a été envoyé à
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Paroisse Notre-Dame de l'Espérance - Grenoble FR.
 
 
SendinBlue
 
 
© 2020 Paroisse Notre-Dame de l'Espérance - Grenoble FR