Hors série #1  
 
 
Quand l’équipe du CEFEDEM m’a demandé d’ouvrir ce bulletin par un éditorial, j’avais proposé un texte rédigé à une période où démarraient les premières mesures de lutte contre le coronavirus. On savait que les bouleversements ne seraient pas anodins : la progression de l’épidémie montre que les conséquences seront encore plus importantes que ce que l’on avait imaginé au départ. Retentissements immédiats et sans appel en ce qui concerne les problèmes de santé, répercussions difficiles à évaluer quand le virus aura cessé son offensive, et dont il est facile d’imaginer que le terrain sera largement dévasté pour beaucoup.
 
Mon précédent message se voulait marqué d’une certaine confiance, non par optimiste insouciant, mais parce que je connais le Cefedem depuis l’origine, bien avant d’en avoir accepté la présidence. Et en raison de mon histoire, soit comme codirecteur d’un CFMI pendant 20 ans, soit en raison de mes fréquentations des instances éducatives et artistiques de la région que j’ai poursuives depuis, je sais combien les professionnels de la musique formés à la dynamique du 14 de la rue Palais Grillet sauront trouver l’intelligence et la force de remettre en œuvre tout ce qui fait l’identité de l’établissement : une éducation artistique et culturelle féconde, une médiation inventive, une solidarité résolue et efficace avec tous ceux qui n’auront pas manqué de subir des conséquences amères dans la situation actuelle.
 
Jour après jour, les informations nous font réévaluer les conséquences que l’on imaginait la veille pour sortir d’une crise inédite et pour laquelle nous n’avons pas de repères. Je disais ma confiance dans le sursaut d’imagination de tous les Céfédémistes, étudiant·es, ancien·nes, enseignant·es, partenaires impliqué·es dans l’aventure de la maison. Mais j’ai une conscience chaque jour affermie que cela nous demandera à toutes et tous des efforts bien au-delà d’un simple retour à la situation antécédente. D’autant que tous les calendriers sont hasardeux, à commencer par les dates d’examens et de concours bouleversant les prochaines échéances et la future insertion professionnelle pour les étudiant·es en fin de scolarité.
 
Aussi tout en demeurant fidèle à ma première écriture, j’ajoute un terme résolu : je «veux» rester confiant. Moins que jamais, cette assurance et cette volonté ne relèvent pas d’un tempérament fondé sur un optimisme candide et naïf, plus que jamais elles se fondent sur ce qu’il est possible d’observer dès maintenant. Les initiatives se multiplient et j’ai l’assurance que toutes et tous seront au rendez-vous demain comme ils et elles le sont aujourd’hui pour inventer des voies nouvelles en matière de formation comme d’échanges dans le domaine de la complicité et de l’intelligence pour avancer ensemble. Ce n’est pas seulement une mauvaise période à passer. Il faut que ce soit pour trouver de nouvelles configurations, sinon nous aurons vécu une parenthèse qui n’aura servi à rien. Ce n’est pas à moi qu’il appartient de dire ce qu’il faut inventer, mais il est de ma responsabilité d’appuyer auprès des autorités ce que vous aurez eu à cœur de mettre en marche ensemble, quitte à bouleverser des idées reçues que l’on croyait inébranlables.
 
En raison de mon passé j’ai eu l’occasion d’observer comment s’est fait le monde qui est le nôtre au jour le jour, et pas dans la facilité ni sur des claquements de doigts. Je suis convaincu que c’est aux plus jeunes aussi de préparer le monde des prochaines années dans lequel elles et ils voudront vivre. Et ce sera à celles et ceux qui sont en situation de responsabilité et de décision d’être attentifs aux propositions offertes, de faire le choix des suggestions les mieux appropriées, et d’en favoriser la mise en œuvre. Car si après ne doit pas être comme avant, ceux qui tiennent les rênes savent que d’autres peuvent avoir aussi des idées sur la route à prendre.
 
C’est le courage et la lucidité que je nous souhaite à toutes et à tous.
 
Gérard Authelain, président du conseil d'administration du Cefedem AuRA
 
 
 
 
D’une certaine manière, l’activité du Cefedem Auvergne Rhône-Alpes relève du commerce de proximité. L’enseignement de façon générale s’inscrit d’ailleurs dans cette formule, mais le contenant physique, les locaux, sont aujourd’hui fermés. Comme pour l’ensemble de la communauté éducative qui se mobilise de façon extraordinaire, il nous faut donc aujourd’hui, inscrire cette proximité dans autre chose que la présence physique qui nous permettait jusque là de faire corps. Pour certaines de nos activités, la distance fait partie de l’organisation, la formation diplômante en cours d’emploi ne peut réunir les étudiant·es qu’aux cours des stages de regroupement, le lien « entre » est donc réfléchi et des outils adaptés permettaient déjà de poursuivre l’échange. Pour la ressource, bien des éléments sont d’ores et déjà réfléchis pour être utilisables, consultables à distance….
Pour la formation initiale, nous sommes dans un cas de figure inédit. Les enseignant·es, les étudiant·es, se sont donc mis au travail ensemble pour ré-inventer d’autres modes de fonctionnement permettant la suite des travaux. En quelques jours, une plateforme est déployée, les échanges se poursuivent, les locaux virtualisés, recréés. Bravo. Tout n’est pas réglé, les séances de travail pour monter un projet artistique, un projet pédagogique restent pour le moment dans un « différé ». On verra. Et puis il faut nous projeter : les concours d’entrées, les dates d’inscription, l’information à faire circuler … Cette rubrique-là, « la boutique », est donc dédiée à vous informer et à vous associer.
 
Les dates du concours d’entrée en formation initiale sont modifiées :
  • Les inscriptions en ligne sont ouvertes jusqu'au 31 mai,
  • La date de dépôts des dossiers écrits est repoussée au 17 juillet,
  • Les épreuves orales - épreuves artistiques et entretiens - se tiendront du 31 août au 11septembre 2020.
 
Par ailleurs, les stages de formation professionnelle continue du mois de mars et avril sont annulés.
 
 
 
Parce que nous avons besoin de garder le contact,
Parce que nous avons besoin de réfléchir ensemble,
Parce que nous avons besoin de mettre en commun,
Parce que nous partageons déjà beaucoup,
Pare que nous avons besoin de prendre le temps,
Parce que nous avons besoin de construire l'après.
 
 
 
 
 
Cefedem AuRA
14 rue palais Grillet, BP 2024
69226 LYON Cedex 02

contact@cefedem-aura.org
Facebook
Twitter
Vimeo
 
 
Cet email a été envoyé à {EMAIL}.
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Cefedem Auvergne Rhône-Alpes.
 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2018 Cefedem Auvergne Rhône-Alpes