Cette newsletter vous est présentée par les Ambassadeurs des Médias et de l’Information en mission dans le département de l’Hérault. Il s'agit d'un rendez-vous hebdomadaire pour rester informé sur la situation et garder un esprit critique sans se prendre la tête.
 
L'édito #2
 
Cher·es confiné·es,

Et oui, nous sommes de retour (non pas pour vous jouer un mauvais tour). En ces jours tristes (mais ensoleillés), nous vous écrivons à nouveau afin de palier à votre ennui. En effet, nous avons l’honneur de vous présenter la deuxième édition de notre newsletter.
 
Nous vous remercions pour vos premiers retours et vos suggestions : ils nous ont fait énormément plaisir et on espère de tout cœur que vous aimerez autant ce second jet.
 
Pour ceux n’ayant pas eu l’occasion de lire la première (ah bah bravo!), nous sommes des volontaires en service civique d'ordinaire présents en médiathèque. Notre mission est de sensibiliser le public aux fake-news et d’ancrer les bibliothèques et médiathèques dans le territoire français. Cette newsletter, une adaptation de notre mission dans le cadre du confinement, se veut riche et diversifiée pour vous apporter un maximum de bonnes informations et de bonne humeur.
 
A nouveau, nous vous souhaitons de prendre bien soin de vous et de vos proches, tout en restant chez vous en sécurité (pas de relâchement !). Nous en profitons également pour remercier tout ceux qui continuent de travailler pour repousser l'Apocalypse: personnels soignants, employés des magasins ou dans les usines, éboueurs, postiers ... Toute l'année, sans eux, le monde tournerait beaucoup moins rond.
 
Portez-vous bien,
Amicalement.

Vos AMI(s)
 
Le point info
 
 
Tu trouveras ici toutes les informations dont tu as besoin pour briller en société. La tendance du moment,  c'est le covid-19, et nous sommes là pour que tu sois informé au mieux sur la situation actuelle.
 
Covid-19 : Rappel des gestes à adopter 
Covid-19 : Le point sur la situation 
 
Les informations te refilent des boutons et tu n'oses plus allumer ta télé ou les réseaux sociaux de peur de déclencher une crise de panique? Soyons honnêtes, nous aussi.
Pour une vision concise de la situation, suis notre guide: tu y trouveras des liens vers les sites d'information du gouvernement et, chaque semaine, une synthèse d'articles sur un point précis de l'actualité.
 
 
 
En France
 
Le confinement est renouvelé jusqu'au 11 mai et le gouvernement annonçera, dans les 15 jours, les mesures qui seront prises pour la suite des évènements. Tu trouveras ici les chiffres en temps réel de la situation.
 
Pour suivre la situation
en France ›
 
A l'étranger
 
Plus de la moitié de la planète confinée, au moins 1,5 millions de cas et 87 000 morts d'après Le Monde. Ces chiffres sous-estimeraient pourtant l'ampleur de la catastrophe.
 
Pour suivre la situation dans le monde >
 
 
 

Et les masques alors ?
 
 
Depuis maintenant plusieurs semaines, la question des masques est sur toutes les lèvres. Faut-il en porter quand on sort ? Non, nous n'allons pas pouvoir vous donner une réponse franche et unique à cette question mais nous allons tenter de vous donner le plus de pistes de réflexion possibles.
 
Tout d'abord, il semble que nous pourrions prendre exemple sur la Corée du Sud où une majorité des habitants porte des masques depuis février. Cependant, au pays du matin calme, le port du masque était déjà ancré dans les mentalités, notamment contre les pics de pollutions élevés et répétés. Cela a permis une meilleure réactivité des autorités qui ont ainsi prévenu une pénurie en autorisant les Coréens à n'acheter que deux masques par semaine. Comment, de son côté, la France a-t-elle réagie par rapport au port du masque ?
 
Dès le début de l'épidémie, le ministère de la Santé demandait aux français de ne pas acheter de masques car ceux-ci devaient être réservés aux personnels soignants et aux personnels présents en premières lignes. Ce discours s'expliquait par le fait que la France ne possédait pas de stocks de masques FFP2, qui sont les seuls masques protégeant à 100% du virus, et avait un stock insuffisant de masques chirurgicaux. Pourtant, après plusieurs semaines, l'éxecutif semble changer d'avis. D'une part, plusieurs villes telles que Paris ou Nice prévoient de distribuer des masques gratuitement à tous les habitants. De l'autre, l'Etat commande de plus en plus de masques et demande aux entreprises de textiles d'en fabriquer. En outre, l'Académie Nationale de Médecine préconise de porter un masque afin de se protéger: cela nous évite ainsi de recevoir des gouttelettes qui pourraient être contaminées et protège les autres dans le cas où nous serions nous-même contaminé.
 
Voilà pour notre petit point sur la question des masques. Maintenant, à vous de décider si vous voulez en porter: pour apprendre à en confectionner, c'est par ici ou par là !
 

Comment se rendre utile
(Rubrique à l'intention des volontaires en service civique qui ont trop de temps libre)

 
 
Si tu lis cette newsletter, il est possible que tu sois volontaire en service civique à Unis-Cité, comme nous, et que tu commences un peu à tourner en rond chez toi.
Heureusement, nous sommes là pour te proposer des solutions pour t'occuper tout en te rendant utile (pas besoin de nous remercier, c'est cadeau):
 
 
Ta mission continue!
 
Restes en contact avec ton/ta CEP: ta mission évolue! Tu peux aussi informer tes proches sur l’état de la situation en France et sur les fake news qui circulent.
 
Le décodex, pour s'informer et débusquer les fake news >
Rends-toi utile autrement!
 
Tu trouveras sur le site d’Unis’Cité les appels à soutien de leurs partenaires, comme L’Etablissement français du sang.
 
 
Les appels des partenaires
d'Unis Cité, c'est ici >
 
 
Majeur et vacciné?
 
Si tu es majeur, tu peux te porter volontaire pour la Réserve civique: une demande de mobilisation de la part du gouvernement sur des missions d’urgence.
 
Pour consulter les missions par régions, c'est ici >
Pense à tes voisins!
 
Tu en as marre de ton canapé et de ton lit? Si tu as des voisins ou des proches âgés ou en situation de handicap, pense à vérifier s’ils ont besoin d’aide.
 
Si tu sors de chez toi, n'oublie pas ton attestation >
 
 
Retrouve la version complète de cette rubrique dans notre première newsletter.
 
L'ACTUALITE INSOLITE
 
 
 
Déprimé ? Un peu, beaucoup, passionément, à la folie, pas du tout.
 
Selon une enquête réalisée par Odexa-CGI, 3/4 des français vivent plutôt bien le confinement et ne se sentent pas déprimés. Quand on vous disait qu’on avait besoin d'un peu de vacances…
 
Retrouvez l'article sur l'Express >
 
 
 
Un dinosaure sort ses poubelles pendant le confinement.
 
Vous pensiez que les dinosaures avaient disparu ? Ils font pourtant leur come-back! Depuis le confinement, la nature reprend petit à petit ses droits. 
 
Retrouvez la vidéo sur facebook ›
 
 
 
Un marathon chez soi
 
Le 4 avril, le triathlon double Ironman qui comporte plus de 7 kilomètres de nage, 360 kilomètres à vélo (l’équivalent de Lyon-Bézier) et 84 kilomètres de course à pied a été annulé. Cependant, les participants ont eu la bonne idée de lancer une nouveau défi: “Le défi des confinés”. Le triathlon est devenu un semi marathon de 21,195 kilomètres que l’on doit réaliser à la maison, sur son balcon, son jardin, tapis de course, etc. L’initiative a permis de lever des fonds pour les recherches contre la mucoviscidose.
 
L'article sur le Ouest-France >
 
Etam crée des masques
 
Le groupe Etam met en place plusieurs actions de solidarité. Face au manque manifeste de masques médicaux en France, ils en ont lancé la production dans leur atelier Recherche & Développement du Nord de la France. Ces masques ont officiellement été validés comme étant des masques de première protection par la Direction Générale de l'Armement et ont pu être envoyé à l'agence régionale de santé d'Ile-de-France. Leurs équipes peuvent en produire 1000 par jour.
 
Le détail de leurs actions >
 
Les memes de la semaine
 
 
 
 
 
 
Et un petit dernier pour la route... Vous pensiez que, grâce au confinement, vous aviez échappé aux ateliers d'éducation aux médias ? Inutile de fuir, nous sommes prêts à dégainer les memes sur le sujet!
 
 
 
 
 
LES COUPS DE COEUR
La sélection de la semaine
 
Le confinement, c’est tous les jours pour les hommes et les femmes incarcérés dans le monde entier. Alors que l’épidémie du coronavirus met en lumière des problèmes de promiscuité et d’hygiène dans les prisons, nous t'invitons à découvrir, au travers d’œuvres de fiction ou de reportages, un milieu méconnu.

Pour plus d'informations sur ce qui se passe dans le milieu carcéral à l'heure du covid-19, tu peux consulter quelques articles: ici, ici et (en anglais).
 
 
 
Séries
 
Girls Incarcerated (2018)
Docu-série qui suit la vie d’adolescentes détenues au centre correctionnel de Madison, dans l’Indiana. Reprenant les codes de la téléréalité, la série dresse néanmoins un portrait touchant de ces jeunes filles et du personnel qui les accompagne quotidiennement.
Disponible sur Netflix.
 
 
 
Bande-annonce >
 
Films
 
The Stanford Prison Experiment (2015)
Ce film retrace l’expérience de Stanford, menée par le docteur Phillip Zimbardo en 1971 et portant sur les effets du milieu carcéral sur les comportements humains. Devant initialement durer deux semaines, la situation devient hors de contrôle et l’expérience est arrêtée au bout du sixième jour.
Disponible en location sur Orange et MyTF1Vod.
 
 
Bande-annonce >
 
 
Rectify (2013)
Après avoir passé plus de la moitié de son existence en prison pour le meurtre de sa petite amie, Daniel Holden est finalement innocenté grâce à de nouveaux tests ADN. La série se concentre sur la réintégration de Daniel dans la société, ainsi que sur la question de son innocence.
Disponible en location sur Youtube ainsi que sur Google Play films et séries.
 
Bande-annonce >
American History X (1998)
Avec Edward Norton et Edward Furlong.
Derek Vinyard, ancien néonazi radicalement changé par trois années passées en prison pour homicide volontaire, tente d’empêcher Danniel, son frère cadet, d’emprunter la même voie que lui.
Disponible sur Amazon Prime Video.
 
 
 
Bande-annonce >
 
 
 
Livres
 
Deadman Wonderland de Jinsei Kataoka et Kazuma Kondou
 
 Dans un futur alternatif, le lycéen japonais Ganta Iragashi voit ses camarades de classe être décimés sous ses yeux par un mystérieux individu habillé de rouge. Seul survivant, il est accusé du massacre de sa classe et se retrouve prisonnier de Deadman Wonderland, pénitencier et parc d’attraction sordide, où il est forcé d’y mener des duels à mort.
 
Le premier tome à lire sur Kana >
 
Podcasts & Vidéos
 
Ahmed et Sylvia : les lettres de l’apartheid sur France culture
 
Dans ce podcast, on retrace l’histoire d’un homme en prison et d’une femme en exil séparés par l’apartheid, au travers de leur correspondance qui durera plus de dix ans.
 
 
 
 
 
C'est par ici! >
 
 
Affinités de Sarah Waters

Dans l’Angleterre Victorienne, Margaret Prior, jeune femme issue de la noblesse, tente d’échapper à un quotidien morose en décidant d’aider bénévolement les femmes de la prison de Londres. Lors de ses visites, elle y rencontre l'intrigante Selina Dawe. Irrémédiablement attirée par la jeune médium, Margaret découvre un monde peuplé d’esprit et de fantôme.
 
Le livre sur Babelio >
Les Évadés d’Alcatraz sur France Inter

Dans ce podcast radio de 55 minute qui a pour invité Thomas Ségaroff, journaliste et historien spécialiste de l’histoire américaine, on est plongé en été 1962 où trois détenus se sont échappés du pénitencier le plus surveillé des États-Unis.
 
 
 
C'est par là! >
 
Les bons plans internet
Sélection spéciale streaming:
Parce qu'il n'y a pas que Netflix dans la vie.
 
Depuis l’annonce du confinement, l’action de Netflix s’envole en bourse. Pourtant, la plateforme de streaming américaine est loin d’être la seule à proposer du contenu intéressant. Si tu te sens d’humeur cinéphile, tu peux regarder cette vidéo de La Manie du Cinéma pour découvrir de nouvelles plateformes (et de nouveaux horizons).
 
 
Sur Openculture, tu trouveras une liste de films à disposition gratuitement sur internet, des westerns aux documentaires en passant par des films coréens. Par contre, les films sont majoritairement en V.O sans sous-titres. Tu peux aussi jeter un oeil sur Henri, la plateforme improvisée de la Cinémathèque française qui propose un film différent chaque soir.
Si les classiques, ce n'est pas trop ton truc, Anime Digital Network (ou ADN pour les intimes) propose de voir, ou revoir, l’intégrale de Naruto, Naruto Shippuden et Boruto. Plus de 800 épisodes, cela peut même faire un peu peur (mais la rédaction, objective en toutes circonstances, t'informe que cela en vaut largement la peine).
 
 
L’INA lance sa plateforme avec trois mois offerts. Tu y trouveras des pépites de nostalgie mais aussi des films, documentaires, concerts et pièces de théâtres ! (On est un peu triste que Disney+ n’ait pas été aussi généreux, avec seulement une semaine d’offerte.)
Si tu as un compte Amazon, tu trouveras sur Prime video une sélection de films et de séries offerts à destination de la jeunesse (avis aux parents désespérés qui ne savent plus quoi faire de leurs enfants).
Enfin, n’oublie pas que tu peux trouver des contenus gratuits toute l’année sur certains sites. Par exemple, si tu apprécies la musique, pense à vérifier Arte concert. Si tu aimes les documentaires (et froncer les sourcils d'un air sérieux), on te conseille France culture!
 
LA TRIBUNE
 
Allez, comme on est sympa, on vous laisse la parole, à vous et à ceux qui le souhaitent, pour témoigner de votre vécu face à cette situation inédite. Personnes en confinement dans d'autres pays, travaillant dans le médical ou le social, volontaires en service civique ou tout simplement coincés chez eux... Tous les témoignages sont les bienvenus, pour vous montrer la diversité de nos expériences mais aussi leurs points communs!
 
Si, vous aussi, vous avez quelque chose à dire ou quelque chose qui vous tient à coeur, n'hésitez pas à nous contacter pour nous transmettre votre témoignage! N'oubliez pas, votre parole est précieuse.
 
D'ici et d'ailleurs: Les témoignages
 
 
Valeria, 23 ans, Londres.
 
" Quand les choses ont commencé à mal tourner, à peu près vers le week-end du 14, les gens étaient divisés. J’ai vu beaucoup de personnes qui ont commencé à prendre des responsabilités alors que le gouvernement ne faisait rien : des gens qui pratiquaient la distanciation sociale, des groupes d'entraide se formant à travers Londres ou encore de la prévention contre les fake news. L’autre moitié des gens ne l’ont pas pris sérieusement, ils ne gardaient pas leurs distances quand ils sortaient et faisaient comme d’habitude. Les boutiques étaient bondées très tôt le matin. Le week-end dernier [du 21/03], avant que le confinement ne soit annoncé mais après que le gouvernement nous ai demandé de rester à l’intérieur, beaucoup de gens sont sortis pour profiter du beau temps. Maintenant, on dirait que les gens prennent les choses plus sérieusement. Le taux de mortalité augmente, il y a toujours quelques pénuries de certains produits dans les magasins. Les gens se sont organisés localement pour se soutenir.
 
Ça a été un peu un ascenseur émotionnel, il y a des hauts et des bas. Je vis toute seule et je travaille dans l’éducation et le social, donc ça m’a pas mal affectée, mais d’un autre côté, je n’ai pas besoin de trop m’inquiéter d’un point de vue financier car j’ai de l’aide de ma famille.
 
Je m’inquiète principalement à propos de la survie des gens qui sont déjà vulnérables parce que je n’ai pas l’impression que le gouvernement en fait assez pour nous soutenir dans cette situation. Cela me fait également peur d'un point de vue politique : cela pourrait être une occasion pour le gouvernement de durcir son contrôle sur la population et je m’inquiète de la montée du fascisme. Par exemple, la police a maintenant le droit de détenir des gens s’ils suspectent qu’ils sont malades. La police est plus présente dans les rues, ce qui fait que les gens plus touchés par les violences policières, comme les personnes de couleurs, sont plus en danger que d’habitude. Il y a beaucoup d’autres choses à dire à ce propos – le bien-être des gens qui sont incarcérés, ou sans domicile, ou qui travaillent pour les hôpitaux publics… La liste est longue. Malgré tout, j’ai aussi vu beaucoup d’entraide et de camaraderie, des gens qui se portent volontaires et offrent ce qu’ils peuvent. J’espère que les possibilités actuelles vont continuer quand les choses se calmeront, comme travailler à la maison, et que cet esprit de communauté va persister. "
 
 
 
Basile, Alsace, France.
 
“Moi c'est Basile, j'ai 21 ans, j'habite à Strasbourg et je travaille normalement comme régisseur général dans un théâtre où je m'occupe de la direction technique mais je suis actuellement confiné.
 
Autour de chez moi le confinement est plutôt bien respecté car, en Alsace, nous sommes une des régions la plus touchée. Les hôpitaux et les cliniques privées sont saturés, quant aux supermarchés ils se sont fait dévaliser au début mais ils sont régulièrement bien approvisionnés. On peut aller leur prêter main forte si nous sommes disponibles.
 
Pour m'occuper la journée, j'essaye de garder un rythme de vie habituel en me levant tôt le matin. J'ai eu un peu de télétravail mais tout est déjà terminé. Je fais du sport et de la musique, je pratique mes instruments. Ce qui me prend le plus de temps, c'est de me tenir prêt pour la Gendarmerie, car en tant que réserviste et avec la période que l’on traverse, nous devons nous tenir prêts à être mobilisés à tout moment pour renforcer les équipes actives, mais aussi venir en aide à nos concitoyens. Depuis le début du confinement et avec mon groupe d'amis, on a eu l'idée de monter une Webradio afin de jouer tous ensemble à des jeux (https://fr.radioking.com/radio/haro-gang-fm). Depuis, cette émission a pris de l'ampleur alors nous y mettons un peu plus de sérieux avec pour objectif de proposer un contenu original et divertissant pour permettre aux personnes qui nous écoutent de se changer les idées. Depuis quelques jours j'inclus mes amis dans l'émission avec des chroniques qu'ils réalisent à distance et me transmettent par la suite.
 
Sur ce que je peux raconter d'autre, le plus important c'est de garder un rythme de travail afin de ne pas le perdre à la reprise. Il faut faire attention à ses proches et surtout comprendre que c'est la solidarité qui nous fera sortir de cette situation et non notre individualisme.”
 
 
On vous répond:
Il est où le bonheur, il est où?

 
 
Margot nous a demandé, par mail, c'est quoi le bonheur pour nous! On vous répond donc ici, en quelques lignes (pour un vaste sujet), et parce qu'on se sentait d'humeur généreuse, on vous a même préparé une playlist sur le sujet.
 
 
"Je pense que le bonheur est tout d’abord propre à chacun. Tout le monde a une notion du bonheur bien à soi. Je pense aussi qu’il fait parti des petites choses, celles qu’on ne remarque pas toujours. Il est très simple à obtenir mais aussi très éphémère.
Pour moi le bonheur ne s’attend pas, il s’apprend et se construit."
 
 
 
Camille.
"Le bonheur, en ce moment, c’est sûrement la maison des voisins, avec leur jardin, leur table de ping-pong et les chasses aux trésors faites d'énigmes collées sur la boite aux lettres. De mon appartement sans balcon, en tout cas, ça y ressemble beaucoup. Mais, plus sérieusement, pouvoir avoir du temps à soi et le mettre à profit pour des choses qu’on aime, sans pression ou impératif de productivité, c'est déjà un bon début."
 
Amandine.
 
 
"Comment réussir à être heureux ? Par la richesse ? La réalisation des désirs ? Ou est-ce peut-être de par l’expression de nos passions ? En vérité je ne pense à rien de tout cela. Le bonheur apparaît avec l’engouement pour la solitude et l’observation de ce qui nous entoure.
Aucune possession, aucun plaisir individuel ne saurait remplacer cet état où l’on comprend que nous faisons partie d’un tout et que nous ne sommes rien.
Aucune passion terrestre n’est comparable à l’observation de notre environnement sauvage et aucune de nos inquiétudes, comme par exemple la santé, ne justifie que l’on s’en détourne et qu’on le transforme pour de quelconques intérêts inutiles. L’intérêt est l’ennemi du bonheur, et ce dernier se cache dans nos rêveries, notre imaginaire, la méditation.
On atteint le bonheur en sachant s’oublier et se faire oublier."
 
Maël.
 
 
"Dis Jamy, c'est quoi le bonheur ?
Selon le plus éminent membre des ambassadeurs des médias et de l'information, Remy, le bonheur est un état d'esprit. Toujours selon lui, le bonheur est inné et il n'est pas nécessaire d'acquérir un bien matériel quelconque pour y avoir accès, il est à dissocier de la notion de plaisir. Le bonheur ne peut se situer que dans le présent."
Remy.
"Pour moi, le bonheur c'est réussir à être qui on est réellement et essayer d'être la meilleure personne possible pour soi et pour les autres. Etre en accord avec soi-même, c'est le plus important."
 
 
Syam.
 
 
"La notion de bonheur a une définition subjective pour chacun de nous. C’est une émotion propre à chaque être vivant (oui, oui, même les fourmis connaissent le bonheur) mais surtout éphémère. Pour moi, on comprend cette notion lorsque nous avons connu une part de malheur. C’est d’ailleurs pour ça qu’il est savoureux. Je finirais sur ces belles paroles: Soyez heureux. Malgré le confinement. "
 
“Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux il faut se satisfaire du nécessaire…”
Nisserine.
 
 
Ce thème vous intéresse ? Envoyez-nous votre définition unique du bonheur à newsletter.ami34@gmail.com !
 
INFO OU INTOX ?
Un vaccin pour bientôt?
 
C'est l'heure de prendre un petit moment pour démêler le vrai du faux, notre coeur de mission chez les Ambassadeurs des Médias et de l'Information. En effet, difficile de savoir qui écouter, quoi regarder, où se renseigner, surtout quand aucune vérité absolue n’a l’air de se dessiner, que le débat est houleux ou encore quand on nous dit que la circulation des fausses informations est en hausse.
 
La semaine dernière, nous avons vu ce qu’il en était réellement de l’hydroxychloroquine, un des antiviraux envisagé pour traiter la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19). Mais, me direz-vous, qu’en est-il du vaccin ?
 
Commençons déjà par préciser que non, nous n’allons pas faire tester le vaccin en Afrique. Une phase I d’essais cliniques a été lancée mi-mars par Moderna Therapeutics à Seattle (ce vaccin en essai est le premier vaccin à ARNm à être testé sur l’homme). De son côté, l’Europe connaît également ses premiers tests avec le BCG, un vaccin tuberculeux. En dépit des rumeurs, l’Afrique ne sera donc pas le testeur des pays occidentaux.
 
Que ce soit un vaccin ou un antiviral, la communauté scientifique est aujourd’hui tournée vers la recherche d’un remède. Le président des Etats-Unis, Donald Trump, semble penser qu'il sera prêt rapidement mais est contredit par les experts. Beaucoup de choses sont en jeu mais faire un vaccin prenant du temps, la plupart des compagnies et universités s’accordent pour dire qu’il sera disponible à la mi-2021 au plus tôt. 
 
Ah ! Attendez ! Avant que vous ne partiez pour un sujet plus divertissant, nous vous laissons tout de même savourer cette intox
 
 
LE ROMAN D'EMILE
(par Marion, notre illustratrice préférée)

 
 
Retrouve la première partie de ce comic-strip et la présentation d'Emile ici.
 
 
 
Merci beaucoup d'avoir lu cette seconde newsletter. Encore une fois, cela nous met du baume au coeur!
Pour la suite, on a (toujours) besoin de toi:
 

Tu as des questions sur le coronavirus, des doutes sur certaines informations et tu aimerais que l'on en parle? Tu as envie de témoigner sur ton expérience personnelle du confinement ou aimerais nous faire passer le témoignage d'un proche ? Tu as des coups de coeur à partager, des idées pour s'occuper ?

N'hésite pas à nous joindre via les réseaux sociaux ou directement via email: newsletter.ami34@gmail.com
 
 
Facebook
Instagram
 
 
Unis'Cité Montpellier
909, Avenue de Toulouse
34070 Montpellier
 
 
This email was sent to
You received this email because you are registered with Your Company
 
 
Envoyé par
SendinBlue
 
 
© 2020 AMI